Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Le gouvernement demande à la Ligue de tirer "les conséquences" des violences de Bastia

© AFP/Archives | Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, entourent le Premier ministre Manuel Valls, lors d'un match le 19 avril 2014 au stade de FranceLes ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, entourent le Premier ministre Manuel Valls, lors d'un match le 19 avril 2014 au stade de France

Le gouvernement a demandé dimanche à la Ligue de football professionnel (LFP) de "se saisir des violences inadmissibles" en marge du match Bastia-Marseille samedi, et "d'en tirer, à son niveau, toutes les conséquences".

Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, rencontreront "dans les tout prochains jours" les responsables de la LFP, ont-ils indiqué dans un communiqué commun.

Les violences sont survenues "avant la rencontre, alors" que les forces de l'ordre "protégeaient l'arrivée du bus des joueurs de l'OM, et après le match, alors qu'elles garantissaient la sécurité de la sortie des supporters marseillais", ont-ils précisé.

Quarante-quatre policiers et gendarmes ont été blessés ou victimes de contusions, cibles, selon les ministres, de "jets de projectiles et d'engins explosifs agricoles", selon les ministres.

"Sans attendre, les investigations en cours permettront aux services de police d'identifier les fauteurs de troubles, de les présenter à la justice et de prendre à leur encontre les sanctions nécessaires, notamment sous la forme d'interdictions de stade", ont prévenu Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve.