Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

SPORT

Ligue 1 : 44 policiers et gendarmes blessés en marge de Bastia-OM

© Pascal Pochard Casabianca, AFP | Une centaine de supporteurs s'en sont pris aux membres des forces de l'ordre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2014

Des affrontements ont eu lieu en marge du match de Ligue 1 Bastia-OM, disputé samedi en Corse. Bilan : 44 représentants des forces de l’ordre blessés. Le gouvernement demande à la Ligue de tirer "les conséquences" des violences.

Au lendemain des incidents qui ont eu lieu, samedi soir, en marge du match Bastia-Marseille (3-3) en ouverture de la Ligue 1, le gouvernement a sommé, dimanche 10 août, la Ligue de football professionnel (LFP) de "se saisir des violences inadmissibles", et "d'en tirer, à son niveau, toutes les conséquences". Les ministres des Sports et de l'Intérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Bernard Cazeneuve, doivent rencontrer "dans les prochains jours" les responsables de la LFP.

Samedi soir, 44 policiers et gendarmes ont été "blessés ou contusionnés" au cours de violences en marge du match entre Bastia et Marseille  a rapporté, dimanche 10 août, le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Selon une source proche du dossier, une centaine de supporteurs s'en sont pris aux membres des forces de l'ordre positionnées près du stade Armand-Cesari de Furiani, en leur jetant des bombes agricoles, des barrières et des pierres. Il s'agit "a priori" de supporteurs bastiais, a ajouté cette source. Il n'y a pas eu d'interpellation sur place, mais il y en aura "probablement dans les jours qui viennent", a-t-elle prévenu.

Les incidents se sont produits "avant et après le match de football entre le Sporting Club de Bastia et l'Olympique de Marseille", indique-t-on au ministère de l'Intérieur, qui assure que policiers et gendarmes "ont agi avec sang-froid et retenue".

Des incidents qui font écho à la saison passée

Dans son communiqué, le ministre, Bernard Cazeneuve, réclame la "détermination (des) responsables concernés, aux plans local et national, pour mettre un terme à ces comportements violents, en particulier à l'égard des forces de l'ordre qui doivent être respectées".

En avril, la préfecture de Haute-Corse avait déjà interdit aux supporteurs du club voisin de l'AC Ajaccio de se rendre à Furiani pour le derby entre les deux clubs insulaires.

La saison passée, le championnat de Ligue 1 avait aussi connu des violences, notamment en novembre, quand huit stadiers de l'Allianz Arena de Nice avaient été blessés avant une rencontre entre le club local et l’AS Saint-Etienne.

Avec AFP

Première publication : 10/08/2014

  • Football

    Ligue 1 : Marseille fait match nul à Bastia, Caen crée la surprise

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Ligue 1 : le PSG tenu en échec à Reims (2-2)

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)