Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Afrique

Une délégation de Human Rights Watch refoulée à son arrivée au Caire

© Kamel Khaled, AFP | Un blessé en marge d'une manifestation pour le premier anniversaire de la destitution de Mohamed Morsi, juillet 2014

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2014

Deux responsables de l’ONG Human Rights Watch ont été retenus une douzaine d’heures par les autorités égyptiennes à leur arrivée au Caire, dimanche. Ils venaient présenter un rapport sur la sanglante répression visant les Frères musulmans.

Les autorités égyptiennes ont refusé l’entrée sur leur territoire, dimanche 10 août, de Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, et de Sarah Leah Whitson, directrice de la branche Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’ONG. Tous deux s’apprêtaient à rencontrer des diplomates et des journalistes en Égypte ; ils ont été retenus une douzaine d’heures sans explications à l’aéroport international du Caire avant d’être contraints de repartir en avion.

Un "massacre méthodique"

"Nous venions en Égypte pour publier un rapport sérieux sur des sujets graves qui nécessitent la plus grande attention de la part du gouvernement égyptien", explique Kenneth Roth, sur le site internet d’HRW. "Au lieu d’empêcher le porteur de ce message d’entrer en Égypte, les autorités égyptiennes devraient se pencher sérieusement sur nos conclusions et nos recommandations, et y répondre de manière constructive", ajoute-t-il.

Kenneth Roth et Sarah Leah Whitson devaient présenter, mardi, à la presse au Caire un rapport sur le "massacre de Rabaa al-Adawiya et des tueries de masse de manifestants en Égypte". Le document de 195 pages détaille comment la police égyptienne et l’armée "ont méthodiquement ouvert le feu à balles réelles" sur des manifestants opposés à la destitution de Mohamed Morsi, premier président démocratiquement élu du pays, survenue le 3 juillet 2013. Au moins 1 400 personnes ont été tuées, dont 700 au cours de la seule journée du 14 août selon HRW, sans qu’aucun responsable des autorités égyptiennes ne soit inquiété.

Obliger les responsables à "rendre des comptes"

Si le rapport n’a pas encore été rendu public, il avait été envoyé en Égypte aux ministères de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères, au bureau du procureur général, mais aussi à l’ambassade d’Égypte à Washington, et la mission égyptienne auprès des Nations unies, à New York, le 6 août. En refusant – sans motif officiel – l’entrée à des représentants d’HRW sur son sol, "il semble que le gouvernement égyptien ne veuille pas être confronté à la réalité des violations, et encore moins obliger les responsables à rendre des comptes", constate Kenneth Roth.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi, plus de 16 000 Frères musulmans et sympathisants ont été emprisonnés, selon les organisations de défense des droits de l’Homme. La quasi-totalité des cadres du mouvement islamiste ont été arrêtés et sont jugés, à l’instar du président déchu, dans des procès pour lesquels ils encourent ou ont été condamnés à la peine capitale.

En février, HRW avait fermé son bureau au Caire suite à la dégradation des conditions de sécurité en Égypte. Mais l’ONG n’entend pas renoncer. L’intégralité du rapport sera mise en ligne sur son site mardi 12 août à 11 h, heure du Caire (10 h à Paris).

Première publication : 11/08/2014

COMMENTAIRE(S)