Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Moyen-Orient

Irak : écarté du pouvoir, Maliki dénonce une violation de la Constitution

© Ahmed Saad, AFP | Le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2014

Le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki, qui briguait un troisième mandat, a été désavoué par le bloc chiite au Parlement. Le président irakien a chargé Haïdar al-Abadi de former le nouveau gouvernement.

Plusieurs sources parlementaires irakiennes ont annoncé, lundi 11 août, que le bloc chiite du Parlement avait désigné Haïdar al-Abadi comme candidat au poste de Premier ministre.

Dans la foulée, le président irakien, Fouad Massoum, a chargé Haïdar al-Abadi de former le nouveau gouvernement, lors d'une brève cérémonie retransmise en direct à la télévision.

"Le pays est entre vos mains", a déclaré Massoum à Haïdar al-Abadi, peu après que ce dernier eut été choisi par l'Alliance nationale, le bloc parlementaire chiite, comme son candidat au poste de Premier ministre à la place du sortant Nouri al-Maliki.

Un désaveu marquant pour Maliki, qui briguait sa propre succession. Écarté après huit années au pouvoir, il a estimé que cette nomination constituait une "dangereuse violation" de la Constitution. "Nous réparerons l'erreur", a-t-il promis au cours d'un entretien télévisé.

Haïdar al-Abadi, né en 1952 et titulaire d'un doctorat de l'université de Manchester, est actuellement le premier vice-président du Parlement.

Le président irakien, Fouad Massoum, a la charge de désigner le candidat du bloc majoritaire au Parlement comme Premier ministre, un processus retardé par les disputes politiques et la vague de violence ravageant le pays.

La coalition du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki fait partie de l'Alliance nationale irakienne, mais on ignore si elle soutient officiellement la candidature d’Abadi.

Avec AFP
 

Première publication : 11/08/2014

  • Revue de presse internationale

    Irak : "des femmes et des enfants enterrés vivants"

    En savoir plus

  • Revue de Presse

    "La France s'engage en Irak"

    En savoir plus

  • IRAK

    Irak : la Cour fédérale enjoint le président à nommer un Premier ministre issu de la majorité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)