Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Amériques

Hillary Clinton critique la prudence d'Obama en Syrie

© Justin Sullivan, AFP | Hillary Clinton lors d'une conférence à Oakland, le 23 juillet 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2014

Dans un entretien accordé à "The Atlantic", l'ancienne secrétaire d'État américaine Hillary Clinton déplore le fait que le président américain n'ait pas suffisamment aidé l'opposition pour qu'elle empêche les djihadistes de prendre racine en Syrie.

L’ancienne chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton n'a pas changé d'avis. Dans une interview publiée dimanche 10 août dans l’hebdomadaire "The Atlantic", celle qui est pressentie comme candidate à la prochaine primaire démocrate, a rappelé qu'elle avait demandé, très tôt, un soutien militaire américain à l'Armée syrienne libre (ASL), et regretté certains choix du président Obama en Syrie

Selon Hillary Clinton, Barack Obama n'a pas agi assez rapidement lors du début de l’insurrection en Syrie. "Le fait de ne pas avoir aidé à mettre une armée opérationnelle sur pieds avec ceux qui ont été à l’origine des manifestations contre Assad - il y avait là des islamistes, des laïcs et tout ce qui se trouvait entre les deux - a créé un vide que les djihadistes ont aujourd’hui rempli", a expliqué l’ancienne secrétaire d’État.

Les djihadistes "désirent s'étendre"

Pour elle, la menace djihadiste concerne le monde entier : "L’une des raisons pour lesquelles je m’inquiète de ce qui se passe au Moyen-Orient en ce moment, c’est que les groupes de djihadistes ont une grande capacité d'essaimage, ils peuvent potentiellement affecter l’Europe et les États-Unis. Les groupes djihadistes gouvernent des territoires. Mais ils n'y resteront pas. Ils désirent aussi s'étendre".

Face à ce danger, elle en appelle à établir des lignes directrices plus claires. "Les grandes nations ont besoin de principes directeurs, et 'ne pas faire de choses idiotes' n’est pas un principe directeur", a-t-elle ainsi résumé, citant un slogan de Barack Obama.

Pour appuyer ses propos, Hillary Clinton a laissé entendre qu’il fallait s'inspirer du passé : "Nous avons fait du bon travail en réussissant à contenir l’Union soviétique, même si nous avons fait beaucoup d’erreurs en soutenant de mauvaises personnes, en l’Amérique latine et dans le sud-est de l’Asie. Nous avons suivi une sorte de plan général qui a finalement mené à la défaite de l’Union soviétique et à la chute du communisme".

Un premier pas dans la campagne ?

Pour Jonathan Ernst, le journaliste qui a réalisé l'interview, cette prise de position montre qu’Hillary Clinton est déjà en campagne pour la prochaine élection américaine prévue le 8 novembre 2016. "Certains observateurs politiques m’ont dit que ce n’était qu’une question de temps avant qu'Hillary Clinton ne marque ses différences avec Obama. J’ai l’impression que c’est déjà le cas", explique-t-il.

Au cours de cet entretien, Hillary Clinton s’est aussi exprimée sur le conflit israélo-palestinien. L’ancienne secrétait d’État a apporté son soutien à Israël et son Premier ministre Benjamin Netanyahu : "Je pense qu’Israël a fait ce qu’il devait faire pour répondre aux roquettes. Il a le droit de se défendre". Pour elle, le Hamas est responsable de la situation : "Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le Hamas a déclenché le conflit".

Première publication : 11/08/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton, la candidate (trop) évidente des démocrates

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Vidéo : Hillary Clinton esquive une chaussure à Las Vegas

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Département d'État : Hillary Clinton s'en va "fière" et le "cœur lourd"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)