Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

EUROPE

L'Otan s'inquiète de la "forte probabilité" d’une intervention russe en Ukraine

© Dimitar Dilkoff, AFP | Une femme tient son bébé dans un abri anti-atomique d'un hôpital de Donetsk pendant les bombardements, août 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2014

Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a déclaré lundi qu’il y avait une "forte probabilité" pour que les Russes interviennent militairement en Ukraine sous prétexte d’une urgence "humanitaire" dans l'est du pays.

Ce n’est pas la première fois que l’Otan met en garde contre une invasion russe dans l'est de l'Ukraine. La semaine dernière, l’organisation internationale s’alarmait de l’arrivée de 20 000 soldats russes, massés près de la zone limitrophe. Mais ce lundi 11 août, Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l’Otan, a ouvertement déclaré qu’il existait une "forte probabilité" pour que Moscou intervienne militairement dans le pays voisin.

>> A lire sur France 24 : l’armée ukrainienne pilonne Donetsk à l’artillerie lourde

Ces craintes sont fondées sur le fait que l’Alliance atlantique n’a pas enregistré de signes de retrait de ces troupes russes alors que l'Otan a sommé Moscou de retirer ses soldats. "Nous voyons les Russes mettre au point un discours et une excuse à une [...] intervention sous le prétexte d’une opération humanitaire […]", a déclaré Rasmussen.

Ces derniers jours, la Russie justifie en effet sa présence le long de la frontière en soulignant la nécessité de "mesures d’urgence" humanitaire dans le Donbass. A Donetsk, par exemple, ville tenue par les séparatistes prorusses, Moscou s'émeut du sort de la population "encerclée" par l’armée ukrainienne. "Des civils sont tués dans des tirs d'artillerie (...) les médicaments ne sont plus livrés, les produits alimentaires s'épuisent", a souligné le nouveau "Premier ministre" séparatiste prorusse, Alexandre Zakhartchenko.

>> A lire sur France 24 : Près de 300 000 Ukrainiens ont quitté leur foyer, selon l’ONU

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont déjà prévenu : ils jugent "illégale" toute intervention russe dans le pays voisin. John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, a déclaré qu’il n'était pas question que la Russie intervienne en Ukraine "par le biais de convois humanitaires ou tout autre prétexte de ‘maintien de la paix’".

Donetsk, la plus grande ville du bassin minier du Donbass (un million d'habitants avant les hostilités) est depuis plusieurs jours le théâtre d'intenses combats entre les insurgés pro-russes et les forces ukrainiennes qui ont tué plusieurs civils ces derniers jours, notamment après la chute d'un obus sur un hôpital.

Avec AFP

Première publication : 11/08/2014

  • UKRAINE

    L’armée ukrainienne pilonne Donetsk à l’artillerie lourde

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Dans l'est de l'Ukraine, les séparatistes pro-russes se disent prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'Otan met en garde contre une invasion russe dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)