Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Balkany évoque des "cas" d'Ebola en France, le ministère de la Santé dément

© AFP (Archives) | Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2014

Le député UMP Patrick Balkany assure sur son site internet que des porteurs du virus Ebola auraient été détectés sur le territoire français. Pour le ministère de la Santé, ces déclarations sont "fausses" et "irresponsables".

Le ministère français de la Santé a dénoncé, mardi 12 août, des déclarations "fausses" et "irresponsables" du député UMP Patrick Balkany, qui affirme sur son site internet que plusieurs cas de personnes contaminées par le virus Ebola auraient été signalés sur le territoire français.

>> À voir sur FRANCE 24 : Ebola, comment éradiquer une épidémie hors de contrôle ?

Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), proche de l'ancien président Nicolas Sarkozy, a affirmé avoir déposé une question écrite à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, afin que celle-ci fasse connaître "combien de cas atteints par le virus Ebola avaient, à ce jour, été recensés en France ainsi que leur zone d'importation". "Madame la Ministre a récemment déclaré que le risque d'importation du virus en Europe et en France était faible, ajoutant qu'aucun cas importé n'avait d'ailleurs été signalé, écrit-il. Or, selon des sources médicales fiables, plusieurs cas auraient été signalés sur le territoire français."

"Déclarations hasardeuses"

"Ces déclarations sont non seulement fausses mais elles sont surtout irresponsables", a déclaré mardi l'entourage de la ministre. L'épidémie d'Ebola qui sévit en Afrique est une "urgence de santé publique de portée internationale" qui ne se prête pas aux "déclarations hasardeuses", ajoute-t-on de même source.

Et de conclure : "Le ministère des Affaires sociales et de la Santé réaffirme de manière catégorique et ferme qu'il n'y a à ce jour aucun cas confirmé d'Ebola en France, ni même de cas ‘possible’ en cours d'analyse."

>> À lire sur FRANCE 24 : Un sérum sauve deux Américains infectés par Ebola

Interrogé par l'AFP, Patrick Balkany a maintenu ses allégations : "Ce n'est pas tombé du ciel... Mais compte tenu du secret médical je ne peux rien révéler de ma source".

Le ministère distingue les cas avérés (confirmation biologique d'infection au virus), de ceux "possibles" (personne présentant une fièvre de plus 38,5 degrés dans les 21 jours suivant le retour d'une zone à risque ainsi que les formes cliniques compatibles avec une fièvre Ebola, ou personne qui a été exposée à un risque avéré). Les cas "suspects" ne concernent que les personnes présentant de fortes fièvres au retour d'une zone à risque.

En tout état de cause, les règlements internationaux obligent tout pays à déclarer le moindre cas avéré dans les 24 heures à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Un seul cas européen a été jusqu'à présent signalé, un missionnaire espagnol contaminé en Afrique et rapatrié à Madrid, où il est décédé.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/08/2014

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : décès du prêtre espagnol infecté à Madrid, un sérum testé au Liberia

    En savoir plus

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

    En savoir plus

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : faut-il délivrer le sérum expérimental aux pays africains ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)