Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

Afrique

Ebola : décès du prêtre espagnol infecté à Madrid, un sérum testé au Liberia

© Inaki Gomez, AFP | Le prêtre espagnol Miguel Pajares, lors de son rapatriement en Espagne, le 7 août 2014.

Vidéo par Laure WAGNER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2014

Les États-Unis ont envoyé au Liberia des échantillons du sérum expérimental administré avec succès à deux Américains. Le prêtre espagnol infecté par le virus, qui devait en bénéficier, est décédé mardi à Madrid.

La fièvre hémorragique Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest a franchi la barre des 1 000 morts, avec 1 013 décès et 1 848 cas dénombrés, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

>> À lire sur FRANCE 24 : Un sérum sauve deux Américains infectés par Ebola

Washington a accepté d'envoyer au Liberia, l'un des pays touchés par l'épidémie d'Ebola, des échantillons d'un sérum expérimental, qui a été administré à deux médecins américains infectés, avec des résultats positifs. "La Maison Blanche et l'Agence américaine des médicaments (FDA) ont approuvé la demande du Liberia" de lui fournir "des doses d'échantillons du sérum expérimental pour traiter les médecins libériens actuellement infectés", a affirmé la présidence libérienne dans la nuit de lundi à mardi.

Il a été administré aux deux Américains infectés au Liberia, qui ont été transférés aux États-Unis et mis en quarantaine. Un prêtre espagnol également contaminé au Liberia a été rapatrié, il devait bénéficier du sérum expérimental dont l'Espagne a exceptionnellement autorisé l'importation. L'homme est décédé mardi.

Ce traitement doit être apporté au Liberia par un émissaire du gouvernement américain dans le courant de la semaine, a ajouté la présidence, sans donner de date précise.

Les appels à l'emploi du sérum se multiplient

Cet accord fait suite à une demande de la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf le 8 août à son homologue américain Barack Obam. Mardi, à Genève, le comité d'ethique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a approuvé, à l'issue d'un débat, l'emploi du traitement non homologué pour soigner les malades d'Ebola.

Il n'existe pour l'instant aucun traitement ou vaccin spécifique contre la fièvre hémorragique due au virus Ebola, qui se transmet par contact direct avec le sang et des liquides biologiques de personnes ou d'animaux infectés.

Ces derniers jours, plusieurs États ont exprimé le souhait de pouvoir utiliser l'anticorps expérimental dit ZMapp, développé dans un laboratoire privé aux États-Unis et jamais testé sur l'homme auparavant.

Après de premiers résultats positifs sur les deux Américains, les appels se sont multipliés pour qu'il soit utilisé, même s'il n'avait jamais été jusque-là expérimenté sur l'homme, et qu'il n'est donc agréé par aucune autorité sanitaire.

 

Lundi, la société pharmaceutique américaine qui a élaboré le ZMapp a indiqué qu'elle avait expédié la totalité des doses disponibles en Afrique de l'Ouest, sans préciser dans quel pays, indiquant que le traitement a été fourni "gratuitement dans tous les cas".

Avec AFP

 

 

Première publication : 12/08/2014

  • ÉPIDÉMIE

    Un cas suspect de fièvre Ebola mis en quarantaine au Canada

    En savoir plus

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : l'OMS décrète une "urgence de santé publique de portée mondiale"

    En savoir plus

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : faut-il délivrer le sérum expérimental aux pays africains ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)