Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Amériques

Seconde nuit d'émeutes dans le Missouri après la mort d'un adolescent

© Michael B. Thomas, AFP | Manifestation contre les brutalités policières, lundi à Ferguson.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2014

De nouvelles émeutes ont éclaté lundi soir dans la petite ville américaine de Ferguson, dans le Missouri, après la mort d'un adolescent noir de 18 ans, Michael Brown, tué par la police alors qu'il était non armé. Le FBI a ouvert une enquête.

La communauté noire de Ferguson ne décolère pas. De nouvelles émeutes ont éclaté lundi 12 août au soir dans la petite ville du Missouri, sous tension depuis la mort de Michael Brown, un jeune adolescent noir de 18 ans mort, après avoir été blessé d'une balle par un policier.

Les circonstances exactes du décès de Michael Brown, qui était âgé de 18 ans, n'ont pas encore été établies. Le jeune homme, blessé samedi, a succombé dimanche à ses blessures. Selon la police, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme. Le jeune homme a été touché à "plusieurs reprises", selon la police, huit fois selon la famille de l'adolescent.

À l'annonce de sa mort, des membres de la communauté noire de cette ville de 23.000 habitants de la banlieue de St Louis se sont rassemblés et ont dénoncé le racisme de la police. La police de Ferguson compte 53 agents, dont trois seulement appartiennent à la communauté afro-américaine.

En dépit des appels au calme lancés par la famille de l'adolescent, les manifestations ont dégénéré. D'après le chef de la police de Ferguson, Tom Jackson, des coups de feu ont été tirés lundi soir alors que la police tentait de disperser la foule.

En deux nuits d'émeute, des magasins ont été pillés et incendiés et des voitures ont été endommagées. Trente-deux personnes ont été arrêtées et deux policiers blessés.
Des renforts de police sont arrivés de localités voisines.

Le FBI a ouvert une enquête

De son côté, le FBI a ouvert une enquête sur la mort de Michael Brown. La police fédérale "a lancé une enquête sur d'éventuelles violations des droits civiques qui complètera l'enquête menée par celle de la police du comté de St Louis", a ainsi indiqué à l'AFP Cheryl Mimura, porte-parole de l'antenne locale du FBI.

Le ministre de la Justice Eric Holder a pour sa part indiqué dans un communiqué que l'incident méritait "une enquête complète" qui sera menée par le FBI en collaboration avec les services de son ministère.

La famille de l'adolescent est représentée par Benjamin Crump, l'avocat qui a assisté la famille de Trayvon Martin, un adolescent noir tué en 2012 par un vigile en Floride. Sa mort puis l'acquittement du tireur, George Zimmerman, dont les jurés ont considéré qu'il avait agi en légitime défense alors que Trayvon Martin n'était pas armé, avaient provoqué des manifestations de colère dans tout le pays.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/08/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Affaire Trayvon Martin : des milliers de manifestants réclament "justice et équité"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "J’aurais pu être Trayvon Martin", vibrant plaidoyer d'Obama contre le racisme

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Meurtre de Trayvon Martin : manifestations contre l'acquittement de Zimmerman

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)