Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

EUROPE

L'Ukraine ne laissera pas passer le convoi humanitaire russe

© Dimitar Dilkoff, AFP | Les patients d'un hôpital de Donetsk réfugiés dans un abri pendant les bombardements, en août 2014.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2014

Kiev a annoncé, mercredi, qu'elle ne laissera pas passer le convoi d'aide humanitaire russe, s'il est accompagné de soldats. Les Occidentaux voient, dans l'initiative de Moscou, un prétexte à une intervention armée.

Le gouvernement ukrainien a annoncé qu'il n'autorisera pas l'accès de son territoire au convoi d'aide humanitaire, parti de Moscou mardi 12 août, s'il est accompagné par des soldats russes ou par du personnel du ministère russe des Situations d'urgence.

"Nous n'autoriserons aucune escorte du ministère russe des Situations d'urgence ou de l'armée. Tout sera sous le contrôle de l'Ukraine", a prévenu Valery Tchaly. Selon ce conseiller du président ukrainien, Moscou devra livrer le matériel à la frontière ukrainienne et le remettre à la Croix-Rouge pour être embarquée sur d'autres véhicules.

Cette annonce fait suite à l'envoi d'une cargaison russe, formée de 280 camions transportant de l'aide humanitaire, partie dans la matinée de la région de Moscou à destination de l'Ukraine. La Russie a envoyé ce chargement en dépit des mises en garde des Occidentaux qui voient, dans cette initiative, un prétexte à une intervention armée, rapporte l'agence d'État russe Itar Tass.

Une "forte probabilité" d'une intervention militaire russe

Le ministre français des Affaires étrangères a estimé, mardi matin, que l'envoi par le Kremlin d'un convoi humanitaire en Ukraine ne respectait pas les règles et a émis la crainte qu'il puisse en fait couvrir une incursion russe en territoire ukrainien.

Lundi, les États-Unis et l'Union européenne ont prévenu la Russie que toute intervention, même humanitaire, dans l'est de l'Ukraine sans le consentement de Kiev serait "inacceptable" et constituerait une violation du droit international.

De son côté, l'Otan considère qu'il existe une "forte probabilité" de voir la Russie intervenir militairement en Ukraine et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a mis le Kremlin en garde contre "des actions militaires unilatérales" dans l'ancienne république soviétique.

Mais les autorités russes se sont voulues rassurantes sur leurs intentions. "Tout a été décidé avec l'Ukraine", avait pourtant affirmé le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. La Russie avait également expliqué que l'aide serait livrée en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Pour sa part, l'organisation humanitaire a indiqué, lundi, qu'elle avait présenté un document aux autorités russes et ukrainiennes et qu'elle avait besoin de l'accord de toutes les parties, ainsi que de garanties concernant la sécurité, car l'opération ne prévoyait pas d'escortes armées.

Des milliers de personnes sont privées d'eau, d'électricité et d'assistance médicale en raison des combats dans l'est de l'Ukraine. Selon les agences onusiennes, quelque 1 100 personnes ont été tuées au cours des quatre mois de conflit, depuis l'offensive lancée par Kiev contre la rébellion des séparatistes pro-russes.

Avec Reuters et AFP

 

Première publication : 12/08/2014

  • UKRAINE

    L’armée ukrainienne pilonne Donetsk à l’artillerie lourde

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Dans l'est de l'Ukraine, les séparatistes pro-russes se disent prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'Otan met en garde contre une invasion russe dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)