Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

EUROPE

L'Ukraine ne laissera pas passer le convoi humanitaire russe

© Dimitar Dilkoff, AFP | Les patients d'un hôpital de Donetsk réfugiés dans un abri pendant les bombardements, en août 2014.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2014

Kiev a annoncé, mercredi, qu'elle ne laissera pas passer le convoi d'aide humanitaire russe, s'il est accompagné de soldats. Les Occidentaux voient, dans l'initiative de Moscou, un prétexte à une intervention armée.

Le gouvernement ukrainien a annoncé qu'il n'autorisera pas l'accès de son territoire au convoi d'aide humanitaire, parti de Moscou mardi 12 août, s'il est accompagné par des soldats russes ou par du personnel du ministère russe des Situations d'urgence.

"Nous n'autoriserons aucune escorte du ministère russe des Situations d'urgence ou de l'armée. Tout sera sous le contrôle de l'Ukraine", a prévenu Valery Tchaly. Selon ce conseiller du président ukrainien, Moscou devra livrer le matériel à la frontière ukrainienne et le remettre à la Croix-Rouge pour être embarquée sur d'autres véhicules.

Cette annonce fait suite à l'envoi d'une cargaison russe, formée de 280 camions transportant de l'aide humanitaire, partie dans la matinée de la région de Moscou à destination de l'Ukraine. La Russie a envoyé ce chargement en dépit des mises en garde des Occidentaux qui voient, dans cette initiative, un prétexte à une intervention armée, rapporte l'agence d'État russe Itar Tass.

Une "forte probabilité" d'une intervention militaire russe

Le ministre français des Affaires étrangères a estimé, mardi matin, que l'envoi par le Kremlin d'un convoi humanitaire en Ukraine ne respectait pas les règles et a émis la crainte qu'il puisse en fait couvrir une incursion russe en territoire ukrainien.

Lundi, les États-Unis et l'Union européenne ont prévenu la Russie que toute intervention, même humanitaire, dans l'est de l'Ukraine sans le consentement de Kiev serait "inacceptable" et constituerait une violation du droit international.

De son côté, l'Otan considère qu'il existe une "forte probabilité" de voir la Russie intervenir militairement en Ukraine et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a mis le Kremlin en garde contre "des actions militaires unilatérales" dans l'ancienne république soviétique.

Mais les autorités russes se sont voulues rassurantes sur leurs intentions. "Tout a été décidé avec l'Ukraine", avait pourtant affirmé le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. La Russie avait également expliqué que l'aide serait livrée en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Pour sa part, l'organisation humanitaire a indiqué, lundi, qu'elle avait présenté un document aux autorités russes et ukrainiennes et qu'elle avait besoin de l'accord de toutes les parties, ainsi que de garanties concernant la sécurité, car l'opération ne prévoyait pas d'escortes armées.

Des milliers de personnes sont privées d'eau, d'électricité et d'assistance médicale en raison des combats dans l'est de l'Ukraine. Selon les agences onusiennes, quelque 1 100 personnes ont été tuées au cours des quatre mois de conflit, depuis l'offensive lancée par Kiev contre la rébellion des séparatistes pro-russes.

Avec Reuters et AFP

 

Première publication : 12/08/2014

  • UKRAINE

    L’armée ukrainienne pilonne Donetsk à l’artillerie lourde

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Dans l'est de l'Ukraine, les séparatistes pro-russes se disent prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • UKRAINE

    L'Otan met en garde contre une invasion russe dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)