Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Supercoupe d'Europe: James Rodriguez et Gareth Bale en vedettes

© AFP/Archives | La recrue du Real, James Rodriguez lors de sa présentation au stade Santiago Bernabeu à Madrid le 22 juillet 2014La recrue du Real, James Rodriguez lors de sa présentation au stade Santiago Bernabeu à Madrid le 22 juillet 2014

James Rodriguez, révélation du Mondial-2014, effectuera ses grands débuts avec le Real Madrid, mardi à Cardiff contre le Séville FC en Supercoupe d'Europe, mais le Colombien doit partager la vedette avec Gareth Bale, le héros local.

Ce match de prestige ne devrait pas, a priori, échapper au Real et à sa constellation de stars, vainqueurs de Ligue des champions. Même si les Sévillans, couronnés en Europa League, se battront jusqu'à la dernière minute pour tenter d'ajouter un deuxième trophée à celui enlevé en 2006.

"Mon équipe a les capacités et les ressources pour profiter d'une grande finale, et la remporter", a souligné l'entraîneur sévillan Unai Emery.

Mais le Real semble sur une autre planète. Avec sa "BBC", le trio d'attaquants Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo, le club madrilène possédait déjà l'un des meilleurs potentiels offensifs du monde. Son recrutement à l'intersaison l'a rendu encore plus impressionnant.

Outre James Rodriguez, débarqué de Monaco pour 80 millions d'euros après avoir terminé meilleur buteur du Mondial brésilien, le Real a attiré deux autres sensations mondialistes: Keylor Navas, le gardien du Costa Rica qui a emmené son pays jusqu'en quart de finale, et Toni Kroos, champion du monde avec l'Allemagne et bourreau du pays-hôte en demi-finale.

Rodriguez et Kroos "seront dans l'alignement" dès le coup d'envoi, a annoncé l'entraîneur Carlo Ancelotti lundi ajoutant que Cristiano Ronaldo, touché à un genou au Mondial, "n'a pas de problème".

"Il a travaillé avec les autres à l'intensité maximum. Je crois qu'il est en très bonne condition physique", a souligné le technicien italien.

Concernant la présence de Gareth Bale dans le onze de départ, Ancelotti a avoué que "ce serait bizarre qu'il débute sur le banc". Natif de Cardiff, l'attaquant qui vaut (presque) 100 millions d'euros espère certainement briller dans le Cardiff City Stadium, situé à six kilomètres à peine de l'école où il avait étudié.

"Quand je suis venu au Real, je me disais en rêvant que si nous gagnions la Ligue des champions, nous pourrions jouer à Cardiff, expliquait Bale dans le quotidien madrilène Marca. Maintenant, ce rêve est devenu réalité."

De leur côté, les Sévillans, vainqueurs aux tirs au but en finale de l'Europa League contre le Benfica Lisbonne, ont perdu à l'intersaison leur meneur de jeu, le Croate Ivan Rakitic, parti au Barça, ainsi que leur attaquant Stéphane Mbia, retourné aux Queens Park Rangers.

L'attaquant espagnol Iago Aspas, prêté pour une saison par Liverpool, pourrait en revanche faire ses débuts.