Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Trop d'exercice physique après une crise cardiaque peut tuer

© Getty/AFP/Archives | Un homme court dans une rue de Boston le 20 avril 2014Un homme court dans une rue de Boston le 20 avril 2014

Faire trop d'exercice physique après avoir été victime d'une crise cardiaque peut tuer, révèle une étude américaine publiée mardi.

Les auteurs soulignent que les résultats de leur recherche, effectuée parmi des survivants de crise cardiaque, "ne peuvent pas de ce fait s'appliquer à la population générale".

Il y a de solides indications épidémiologiques sur l'importance d'une activité physique régulière, comme marcher à vive allure ou faire du jogging, pour réduire le risque de mortalité chez des personnes ayant une maladie cardiovasculaire, de l'hypertension, qui ont été victimes d'un accident vasculaire cérébral ou qui souffrent de diabète adulte.

Le guide médical officiel aux Etats-Unis recommande environ 150 minutes d'exercice par semaine d'une intensité modérée, comme une marche soutenue, ou 75 minutes d'exercice vigoureux tel que courir, rappellent ces chercheurs dont les travaux paraissent dans la revue Mayo Clinic Proceedings.

Mais au-delà, on constate un net accroissement de la mortalité cardio-vasculaire parmi les 2.400 survivants de crise cardiaque étudiés qui faisaient de l'exercice de façon excessive.

"L'analyse des données dans ce groupe montre un accroissement statistique significatif du risque cardiaque avec les niveaux les plus élevés d'exercice", concluent les auteurs dont le Dr Paul Thompson, cardiologue à l'hôpital de Hartford (Connecticut, nord-est).

"Ces résultats suggèrent que les bienfaits de la course à pied ou de la marche n'augmentent pas indéfiniment et qu'au-delà d'un certain niveau, peut-être 48 kilomètres par semaine, il y a un accroissement important du risque", concluent ces chercheurs.

En revanche, les patients dans l'étude qui, chaque semaine, couraient moins de 48 km ou marchaient moins de 74 km, réduisaient jusqu'à 65% leur risque de mortalité cardiaque, ont-ils constaté.

"Une extrapolation à la population générale des données de cette étude suggère qu'environ un Américain sur vingt fait trop d'exercice", estime le Dr James O'Keefe, de l'Institut du coeur Mid America à Kansas City (Missouri, centre), dans un éditorial publié dans la revue Mayo Clinic Proceedings, co-écrit avec deux autres chercheurs.

Ces derniers estiment aussi que dix Américains sur vingt ne font pas le niveau minimum d'exercice modéré recommandé d'au-moins 150 minutes par semaine.

Pour le Dr Carl Lavie, cardiologue à l'Institut du coeur John Ochsner à La Nouvelle-Orléans (Louisiane, sud), "des patients souffrant de maladies cardiovasculaires devraient presque tous faire de 30 à 40 minutes d'exercice quasiment tous les jours" mais pas plus d'une heure.

Par ailleurs une analyse de dix études parue mardi dans la même revue médicale, effectuée en Espagne et portant sur plus de 42.000 athlètes de haut niveau dont 707 femmes, montre que ce groupe a une plus grande longévité que la moyenne de la population.