Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

Chine: les régulateurs enquêtent sur plus de 1.000 firmes automobiles, selon un média d'Etat

AFP

Une voiture Chrysler garée dans une rue de Shanghai le 6 août 2014. Chrysler, comme Audi et au total plus de 1.000 entreprises seraient impliquées dans des enquêtes antimonopoles en ChineUne voiture Chrysler garée dans une rue de Shanghai le 6 août 2014. Chrysler, comme Audi et au total plus de 1.000 entreprises seraient impliquées dans des enquêtes antimonopoles en Chine

Une voiture Chrysler garée dans une rue de Shanghai le 6 août 2014. Chrysler, comme Audi et au total plus de 1.000 entreprises seraient impliquées dans des enquêtes antimonopoles en ChineUne voiture Chrysler garée dans une rue de Shanghai le 6 août 2014. Chrysler, comme Audi et au total plus de 1.000 entreprises seraient impliquées dans des enquêtes antimonopoles en Chine

Plus de 1.000 entreprises de l'industrie automobile, à la fois chinoises et étrangères, sont "impliquées" dans les enquêtes antimonopoles menées par les autorités chinoises de la concurrence, a indiqué mercredi un média d'Etat.

Sans offrir de détails, un responsable de la puissante Commission nationale pour la réforme et le développement (NDRC), cité par le China Daily, a précisé que les enquêtes concernaient aussi bien des firmes internationales que des groupes publics chinois.

Il n'était pas précisé combien parmi ce millier d'entreprises --constructeurs, fabricants de pièces détachées, sous-traitants et concessionnaires-- sont vraiment soupçonnées d'avoir enfreint la loi et les règlements contre les monopoles.

Shanghai General Motors, coentreprise du géant américain en Chine, avait annoncé lundi dans un communiqué en chinois qu'il entendait "coopérer activement" avec la NDRC, et qu'il continuerait à "respecter" les lois régulant le secteur.

La NDRC, qui est l'une des autorités chinoises de la concurrence, avait accusé la semaine dernière l'allemand Audi (groupe Volkswagen) et l'américain Chrysler (groupe Fiat Chrysler) de "pratiques monopolistiques", promettant des sanctions à leur encontre.

Audi s'était dit prêt lundi à "accepter" la sanction des régulateurs, sans préciser quels faits lui avaient été reprochés.

La NDRC avait par ailleurs fait état d'enquêtes visant l'allemand Mercedes-Benz (groupe Daimler) ainsi que 12 firmes japonaises non identifiées, ajoutant qu'elle se penchait sur le secteur automobile depuis plus de deux ans.

Les autorités avaient précédemment fait part de leurs préoccupations concernant les prix des véhicules et des pièces détachées automobiles, considérés comme exagérément élevés.

Dans le collimateur, plusieurs constructeurs --Mercedes, Audi, Chrysler, Jaguar Land Rover-- se sont précipités ces dernières semaines pour annoncer des réductions drastiques de leurs prix de vente en Chine sur les pièces détachées, voire certains modèles de voitures.

Depuis l'an dernier, les régulateurs chinois ont lancé de vastes enquêtes sur les pratiques commerciales de grands groupes étrangers, notamment des laboratoires pharmaceutiques, des fabricants de lait infantile ou, plus récemment, des firmes informatiques.

Mais le ministère du Commerce a insisté samedi que le fait que la Loi chinoise contre les monopoles --adoptée il y a six ans-- ne faisait "aucune discrimination" entre firmes chinoises et étrangères.

A telle enseigne qu'un cas de pratiques monopolistiques par une entreprise automobile chinoise contrôlée par l'Etat sera "bientôt dévoilé", a souligné le responsable de la NDRC cité sous couvert d'anonymat par le China Daily.

Les pénalités pour infractions à la loi antimonopole peuvent s'élever jusqu'à 10% des revenus engrangés l'année précédente.

Dominé par les constructeurs étrangers et leurs coentreprises, le marché automobile chinois connaît toujours une croissance insolente --avec un bond de 14% des ventes l'an dernier, à 21,98 millions de véhicules.

Première publication : 13/08/2014