Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

Exploit de Sony: 10 millions de PlayStation 4 écoulées en 9 mois

AFP

Une PlayStation 4 de Sony exposée au showroom de la marque à TokyoUne PlayStation 4 de Sony exposée au showroom de la marque à Tokyo

Une PlayStation 4 de Sony exposée au showroom de la marque à TokyoUne PlayStation 4 de Sony exposée au showroom de la marque à Tokyo

Dix millions: c'est le nombre de consoles PlayStation 4 (PS4) vendues par Sony dans le monde en moins de neuf mois, un exploit inédit qui montre que le jeu vidéo de salon a encore du ressort.

Ce seuil symbolique a été dépassé le 10 août, alors que cette nouvelle "bête de course" a été mise sur le marché le 15 novembre 2013 aux Etats-Unis et le 29 du même mois en Europe ainsi que dans une partie de l'Asie. Disponible au Japon depuis le 22 février dernier, la PS4 est actuellement proposée dans une centaine de pays et régions du monde.

Dix millions, "c'est un événement que nous devons saluer", s'est félicité le patron de Sony Computer Entertainment, Andrew House, cité dans un communiqué diffusé à Tokyo.

Selon lui, le succès sans précédent de cette console, qu'il appelle volontiers "plate-forme multimédia", tient à la richesse de ses fonctions qui ne la limitent pas, loin s'en faut, à une machine de jeu. C'est aussi un terminal d'accès à une large banque de contenus audiovisuels en ligne.

Cette PS4, dopée par des composants au top niveau, est accompagnée d'une logithèque attractive, principal critère de réussite dans ce domaine. Sony avait même volontairement retardé la commercialisation dans l'archipel pour être certain de proposer simultanément un nombre suffisant de titres puissants.

Avec les derniers épisodes de sagas-vedettes comme Final Fantasy, Metal Gear Solid, Mighty, etc., la PlayStation 4 a d'emblée réussi à convaincre les joueurs exigeants.

- Sony gagne, Nintendo perd -

"Nous allons continuer de proposer des jeux forts et ajouter des nouvelles fonctionnalités en réseau, pour donner des sensations inédites", a promis Sony.

"Il s'était écoulé une longue période (7 ans) depuis la précédente version, PS3, ce qui a attisé l'envie des joueurs d'avoir un matériel nouveau", expliquait M. House dans une récente interview accordée au site japonais AV Watch.

Et M. House d'ajouter que "les possibilités de partage en ligne et d'interactivité via les réseaux sociaux ont apparemment séduit les acheteurs au-delà des espérances de Sony".

De plus, "la stratégie a changé, comparée à celle qui a accompagné la sortie des précédentes consoles, avec une coopération plus en amont des différentes équipes de développement afin de rendre plus aisée la création des jeux dédiés".

La migration de la PS3 vers la PS4 se fait, selon lui, à très grande vitesse en Amérique du Nord, grâce à un environnement de services multimédias très avancé qui favorise l'adoption rapide de ce nouveau produit. Ce n'est pas tout: la population des accros du jeu y grossit.

En Europe aussi, l'élan est bon et, sans s'en réjouir ouvertement, M. House suppose que l'affaiblissement de la gamme de consoles de salon de Nintendo n'est pas pour rien dans le succès de la PS4.

Cette très bonne santé de la PS4 contraste en effet avec le peu d'entrain de la machine rivale du concurrent et compatriote pionnier du secteur. La surnommée Wii U, sortie un an plus tôt, est encore loin de pouvoir revendiquer 10 millions d'exemplaires écoulés, même si s'est amorcé un léger mieux au printemps. La PS4 dépasse aussi l'XBox one de Microsoft.

De facto, cette différence s'est reflétée dans les comptes des deux sociétés japonaises: Sony va financièrement mieux grâce à la PS4 (qui n'est pourtant qu'une petite partie de toutes ses activités), et Nintendo va plus mal à cause des méventes de la Wii U et de la console de poche 3DS qui représentent le coeur de ses affaires au côté des jeux eux-mêmes.

Les actions de ces deux grands noms des technologies nippones évoluaient de ce fait en sens contraire mercredi: le titre Sony gagnait 2% peu après la pause de la mi-journée, tandis que Nintendo perdait 0,05%.

Première publication : 13/08/2014