Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

"Gardiens de la galaxie", des anti-superhéros à la rescousse de l'univers

© AFP | Le réalisateur des "Gardiens de la galaxie" James Gunn lors de la première du film à Londres le 24 juillet 2014Le réalisateur des "Gardiens de la galaxie" James Gunn lors de la première du film à Londres le 24 juillet 2014

Les "Gardiens de la galaxie", bande d'anti-superhéros loufoques à la rescousse de l'univers, débarquent mercredi sur les écrans français après avoir conquis le box-office américain.

Le long-métrage, distribué par Disney, qui a racheté Marvel Entertainment en 2009 pour plus de 4 milliards de dollars (3 milliards d'euros), a déjà récolté 94 millions de dollars (70 millions d'euros) pour son week-end de sortie aux Etats-Unis début août.

Les recettes mondiales s'élevaient lundi à 180 millions de dollars (135 millions d'euros), selon un porte-parole du film, pour un coût de production estimé par la presse spécialisée à 170 millions de dollars (127 millions d'euros).

Cette nouvelle production Marvel/Disney qui a déjà donné naissance à une litanie de films de super-héros comme Iron Man, Captain America ou Thor, est partie pour devenir un des grands succès de l'été.

Selon le site spécialisé Variety.com, il avait déjà décroché le record historique de préventes de tickets en ligne avant sa sortie pour un mois d'août.

La semaine précédente, "Lucy", le film d'action de Luc Besson avec Scarlett Johansson dans le rôle titre, avait engrangé près de 45 millions de dollars (34 millions d'euros) de recettes sur le week-end, battant largement le demi-dieu "Hercule", et offrant un record de lancement aux Etats-Unis pour un réalisé par un Français.

C'est toutefois le quatrième épisode de la série "Transformers" qui détient pour l'instant la palme du meilleur week-end de lancement de l'été, avec 100 millions de dollars (75 millions d'euros) récoltés.

Face au succès attendu pour "Guardians of the Galaxy", Disney a déjà prévu une suite pour l'été 2017.

Le long-métrage raconte les aventures spatiales d'un aventurier, Peter Quill, qui, confronté aux plans destructeurs du puissant Ronan, conclut une alliance de fortune avec quatre aliens pour tenter de sauver la galaxie.

- Une bande de marginaux -

"C'est un groupe de personnages assez hétéroclite, ce sont des marginaux. C'est chouette parce que ça permet au public de s'identifier à eux, peut-être plus qu'avec des personnages comme Iron Man ou Thor ou Captain America", estime Dave Bautista, qui joue "Drax", un musclor assoiffé de vengeance depuis que sa famille a été tuée.

"C'est un personnage qui prend tout au premier degré. Mais il est aussi très honnête", ajoute Dave Bautista, interrogé par l'AFP.

Le groupe de combattants autour de Peter Quill (Chris Pratt) comprend aussi la tueuse Gamora, interprétée par la belle Zoe Saldana, qui se retrouve verte des pieds à la tête après avoir été bleue pour "Avatar", de James Cameron, le film qui l'a faite connaître au grand public.

Dans ce film plein d'humour potache au casting de haut vol, le séduisant Bradley Cooper prête sa voix à Rocket, un raton laveur avec de gros problèmes de maîtrise de ses nerfs, et Vin Diesel la sienne au monstre humanoïde Groot.

L'interaction entre les personnages, tous issus des bandes dessinées Marvel, "est un peu dure au début parce qu'ils ne sont vraiment pas amis et n'ont d'ailleurs aucune envie de le devenir, poursuit Dave Bautista. Vers la fin, le groupe est soudé pour défendre une bonne cause, les personnages s'entraident et ils comptent les uns sur les autres".