Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : avec les forces kurdes, en première ligne face aux jihadistes

© FRANCE 24 | Des combattants kurdes dans la ville iakienne de Makhmour.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/08/2014

Alors que les combats continuent entre les forces kurdes et les jihadistes de l’EIIL, dans le nord de l’Irak, les peshmerga enregistrent leurs premières victoires. Reportage de notre envoyé spécial Roméo Langlois.

En première ligne, dans le nord de l'Irak, face aux jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), les peshmerga kurdes ont repris, le 10 août, le contrôle de la ville de Gwer, situé à 30 km au sud-est du principal point de contrôle conduisant à la région autonome du Kurdistan irakien.

Cette victoire, qui constitue la première défaite des jihadistes face aux combattants kurdes, n'aurait pas été possible sans les frappes aériennes de l'armée américaine.

"Beaucoup d'ennemis ont été tués, surtout par les bombardements, révèle à France 24, le général Fateh, un commandant peshmerga. J'ignore combien exactement car ils ont pris leurs corps, mais je dirais cinquante au moins".

Les peshmerga, eux, ont perdu 12 hommes dans la bataille, parmi lesquels deux frères torturés avant d'être abattus. L'un était un combattant, l'autre un civil.

Tous unis contre l'EIIL

À Makhmour, autre ville reprise dimanche par les peshmerga, les derniers civils encore présents fuient à leur tour la zone des combats. Dans cette cité flotte le drapeau d'Abdallah Öcalan, leader du PKK, la guérilla kurde de Turquie, dont les combattants sont venus prêter main forte aux peshmerga. Une première puisque le mouvement kurde a toujours été divisé et que dans le passé peshmerga et PKK étaient même ennemis.

L'habileté de leurs snipers et leur courage ont forcé leur respect. "Ici à Makhmour, c'est le PKK qui a le mieux combattu", reconnaît le général Fateh.

En reprenant la ville de Makhmour, les peshmerga et le PKK ont remporté leur première victoire conjointe face à l’EIIL. "Nous devons tous nous unir, toutes les forces de la guérilla et les partis allons mener cette guerre ensemble et nous allons bouter les jihadistes hors du Kurdistan et de l'Irak", promet Tekocher, un chef du militaire du PKK dans la région.

Première publication : 13/08/2014

  • MOYEN-ORIENT

    Irak : Haïdar al-Abadi, le "candidat faible" qui a fait consensus

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Irak : la stratégie d’Obama contre l’EIIL sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • IRAK

    Irak : écarté du pouvoir, Maliki dénonce une violation de la Constitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)