Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle est la stratégie du président turc vis-à-vis des Kurdes ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La DCNS a subi des fuites massives de documents

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sexisme, c'est terminé (selon les hommes)"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je rêvais d'un autre monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

FRANCE

Diaporama : les poilus en couleurs

© Édition Taschen | La couverture du livre "La Grande Guerre en couleurs"

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 30/12/2014

Pour marquer le centenaire de la Première Guerre mondiale, un ouvrage présente des photographies en couleurs du conflit. Ces images rares permettent de découvrir la vie quotidienne des soldats sous un autre jour.

Depuis le début des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la publication de nombreux livres de photographies sur "la Der des Der" nous offre une plongée dans le quotidien des "poilus". Les éditions Taschen offre un regard différent en proposant un ouvrage tout en couleurs. À travers plus de 320 images provenant d’archives d’Europe, des États-Unis ou d’Australie, ce livre présente le conflit sous un angle plus humain et actuel.

À l’époque, la technologie de l’autochrome venait toute juste d'être mise au point. Ce procédé, qui produisait des diapositives en couleur sur plaques de verre, avait été breveté en 1903 par les frères Lumière. Un petit groupe de pionniers comme les photographes Paul Castelnau, Fernand Cuville, Jules Gervais-Courtellemont, Léon Gimpel, Hans Hildenbrand, Frank Hurley, Jean-Baptiste Tournassoud ou encore Charles C. Zoller, a choisi le terrain de la guerre pour expérimenter cette nouvelle technique.

Quinze kilos d'équipement

Dans "La Grande Guerre en couleurs", pas de clichés à vif dans les tranchées ou en plein combat, mais des témoignages sur les villes ravagées par les bombardements ou sur les conditions de vie des soldats à l’arrière. Comme l’explique l'auteur de ce livre Peter Walther, ces photos sont surtout "des mises en scènes minutieuses" car l’autochrome nécessitait une technique contraignante.

"Rien que le caractère encombrant de l’équipement, qui pesait jusqu’à 15 kilos, avec les plaques et les divers objectifs, ne permettait pas [des prises d'image sur le vif]. Les temps d’exposition relativement longs des plaques d’autochromes – les personnes photographiées devaient rester immobiles six secondes par ciel couvert, et tout de même une bonne seconde si le soleil brillait – empêchait la réalisation d’instantanés", peut-on ainsi lire dans la préface. Au total, ce sont environ 4 500 photographies en couleur de la guerre qui nous sont parvenues.
 

Première publication : 16/08/2014

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre : Jules Peugeot, premier français tué... juste avant la guerre

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre : "S'il vous plaît, ne débutez pas la guerre !"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)