Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-Orient

Hassan Nasrallah appelle les Libanais à s’unir face à la menace jihadiste

© Anouar Amro / AFP | Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah (archives)

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 16/08/2014

Le chef du Hezbollah a exhorté les Libanais à mettre de côté leurs divergences confessionnelles et politiques afin de se préparer à contrer le "danger existentiel" qu’incarnent les jihadistes de l’organisation de l’État islamique.

Au cours d'un discours télévisé, diffusé vendredi 15 août, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a appelé les Libanais à s’unir et à se préparer à faire face aux jihadistes de l’organisation de l’État islamique, qui représentent, selon lui, un "danger existentiel" pour le pays et la région.

Si d’ordinaire les discours de Hassan Nasrallah visent à envoyer des messages à ses rivaux politiques, au gouvernement israélien ou à conforter sa base populaire, celui-ci avait une cible plus large, à savoir l’ensemble de l’opinion publique.
 
"Le prétendu État islamique en Irak et au Levant est un groupe qui contrôle une aire géographique qui s’étend entre la Syrie et l’Irak, qui comprend des ressources énergétiques et des barrages hydrauliques, a-t-il expliqué. Les massacres qu’il a commis ont touché en premier lieu les sunnites, et en Irak nul n’a été épargné : Kurdes, yazidis, chiites, chrétiens, Turcomans. […] Ce groupe veut imposer, par la forces des armes, un mode de vie basé sur la terreur et qui n'a rien à voir avec l'islam".
 
Il a par conséquent prié les Libanais de se réconcilier en mettant "leurs divergences politiques de côté", ainsi que leurs ressentiments confessionnels, "car Daech [acronyme de l’État islamique en Irak et au Levant, utilisé péjorativement par les anti-jihadistes, NDLR] veut éliminer tout le monde et tout ceux qui se mettent en travers de son chemin".
Selon le chef du Hezbollah, en conflit ouvert avec l’État hébreu, les jihadistes de l'organisation de l’État islamique font partie d’une conspiration qui sert les intérêts israélo-américains et qui vise à remodeler la carte du Moyen-Orient. 
 
"Le Liban ne doit compter que sur lui-même"
 
Très critiqué par la communauté sunnite libanaise à cause de l’engagement de ses combattants en Syrie aux côtés des troupes du président Bachar al-Assad, et accusé de ce fait d'avoir importé le conflit syrien au Liban, le chef du parti chiite a répliqué : "Pensez-vous vraiment que si le Hezbollah retirait ses combattants de Syrie, la menace de Daech n'existerait plus ? Est-ce que cela permettra d’effacer le Liban de la carte de Bagdadi [le "calife" autoproclamé de l’organisation de l’État islamique, NDLR] ?"
 
D’après lui, le Liban ne doit compter que sur lui-même et non pas commettre l’erreur d’attendre une aide quelconque de la communauté internationale, notant que l’Occident n'a décidé d’intervenir dans le conflit irakien que lorsque les jihadistes se sont approchés du Kurdistan riche en hydrocarbures.
 
Selon Hassan Nasrallah, ni la résolution 1701 de l’ONU, votée en 2006, qui demande au gouvernement libanais de sécuriser ses frontières en y déployant l’armée, ni la politique de distanciation de la crise syrienne ne suffiront à protéger le pays du Cèdre face à ce "grand danger". Après avoir appelé à soutenir et à renforcer l’armée libanaise et les services de sécurité, il a assuré que le Liban, grâce à l’équation "armée-peuple-résistance", conformément au credo imposé au pays par son parti, peut "facilement remporter la victoire sur Daech et ceux qui le soutiennent". 
 
Et de conclure : "Ce courant n'aura pas un avenir dans la région à condition que les Irakiens, les Syriens, les Libanais et tous les Arabes s'unissent et assument leurs responsabilités."
 
Début août, des affrontements armés ont opposé des jihadistes à  l'armée libanaise dans la localité de Aarsal, à la frontière syrienne. Dix-neuf militaires ainsi que des dizaines de jihadistes et de civils ont péri pendant les combats qui ont duré cinq jours et se sont soldés par le retrait des radicaux de la ville. L'armée libanaise avait alors publiquement appelé à une aide d'urgence afin de renforcer ses troupes, actuellement peu équipées, qui essaie de contenir les débordements de la crise en Syrie.

Première publication : 16/08/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Liban : attaque sanglante de postes de contrôle près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • LIBAN

    Un attentat suicide dans un quartier chiite de Beyrouth

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)