Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Symphonie de grands classiques pour la 48e édition du Festival de La Chaise-Dieu

© AFP/Archives | Le public lors d'un concert au Festival de la Chaise-Dieu le 31 août 2008Le public lors d'un concert au Festival de la Chaise-Dieu le 31 août 2008

Le festival de La Chaise-Dieu (Haute-Loire), du 20 au 31 août, propose pour sa 48e édition une programmation résolument tournée vers le grand public, avec de nombreux chefs d'?uvres universels de la musique sacrée.

Ainsi, l'abbatiale Saint-Robert de La Chaise-Dieu, qui peut accueillir 900 personnes, accueillera "Le Messie" de Haendel, donné pour l'ouverture, le "Magnificat" de Bach puis le "Requiem" de Mozart ou encore la "Symphonie n°5" de Beethoven.

"On essaie de renouveler le public en proposant un répertoire aussi varié que possible, s'adressant aussi bien à nos fidèles festivaliers qu'aux vacanciers de passage", explique le directeur général du festival, Julien Caron.

Sur les 40 concerts programmés pendant ces 12 jours, figurent également le non moins connu "Requiem de Fauré", la "Symphonie fantastique" de Berlioz et la "Danse Macabre" de Saint-Saëns.

Un quart des concerts auront lieu hors les murs, au Puy-en-Velay, à Brioude, Ambert, Chamalières-sur-Loire et Saint-Paulien.

Du haut de ses 26 ans, Julien Caron a conçu seul l'édition 2014, après avoir assisté l'an dernier son prédécesseur, Jean-Michel Mathé, parti diriger le Festival international de musique de Besançon Franche Comté.

Pour imprimer sa patte, ce tout jeune directeur, qui a pour mission de "rajeunir l'auditoire" du festival, fondé en 1966 par le pianiste hongrois George Cziffra, a mis en place des journées thématiques pour "apporter du rythme" à la manifestation.

A l'occasion du 250e anniversaire de sa mort, un hommage sera ainsi rendu au compositeur Jean-Philippe Rameau. Une autre série de concerts explorera le répertoire de Carl Philipp Emanuel Bach, l'un des fils de Jean-Sébastien Bach, né il y a tout juste 300 ans.

Plus méconnu, le compositeur auvergnat George Onslow, surnommé le "Beethoven français" au XIXe siècle, avant de tomber dans l'oubli, sera également programmé les trois derniers jours du festival, niché sur les hauts plateaux verdoyants du Livradois-Forez.

En marge de la programmation officielle, une quarantaine d'évènements gratuits sont également programmés, dont des sérénades et des aubades en extérieur.

Toujours dans l'objectif de faire découvrir la musique classique aux plus néophytes, la manifestation proposera cette année aux spectateurs d'assister gratuitement à deux répétitions d'ensemble ainsi que des ateliers pédagogiques pour les touts petits.

Le festival, dont plusieurs concerts sont retransmis sur France Musique, a accueilli 23.000 spectateurs l'an dernier.