Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Embargo russe : l’UE va débloquer 125 millions d’euros pour les maraîchers

© Mychele Daniau, AFP | Les producteurs de tomates, poivrons, pommes, poires... sont concernés par les mesures de soutien de l'UE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/08/2014

L’Union européenne va soutenir financièrement le secteur maraîcher européen frappé par l’embargo russe sur les produits alimentaires occidentaux. Un budget de 125 millions d'euros est prévu pour aider les producteurs de fruits et légumes.

La Commission européenne a annoncé, lundi 18 août, le déblocage de quelque 125 millions d'euros pour soutenir le secteur maraîcher de l'Union européenne (UE), affecté par l'embargo russe d'une année sur les produits alimentaires occidentaux.

Ces mesures de soutien du marché, qui entrent en vigueur dès lundi, comprennent notamment des retraits indemnisés de produits tels que les carottes, tomates, choux blancs, poivrons, choux-fleurs, concombres et cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis, selon un communiqué.

"Le budget prévu est de quelque 125 millions d'euros" a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole de la Commission à l'agriculture, Roger Waite. "L'idée est de réduire les quantités mises sur le marché pour que les prix ne chutent pas à un niveau de crise".

Une fois formalisées, d'ici quelques semaines, les mesures s'appliqueront de manière rétroactive à partir du 18 août et resteront en vigueur jusqu'à fin novembre. La Pologne, la Lituanie, la Belgique et les Pays-Bas, grands fournisseurs de légumes périssables et de fruits à la Russie, seront les principaux bénéficiaires de cette aide financière, a précisé une source européenne.

Une réunion exceptionnelle des ministres de l'Agriculture est par ailleurs prévue le 5 septembre à Bruxelles pour faire le point sur l'impact de l'embargo russe, a fait savoir Roger Waite, trois jours plus tôt que la date évoquée initialement par la présidence de l'UE. La Commission a par ailleurs indiqué qu'elle "n'hésiterait pas à soutenir d'autres secteurs", notamment fromages et viandes, frappés aussi par l'embargo.
 

Le président russe Vladimir Poutine avait ordonné le 6 août d'"interdire ou de limiter pour un an" les importations de produits agroalimentaires ( le boeuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, et les fruits et légumes) en provenance des pays ayant mis en place des sanctions économiques contre la Russie, suite au conflit en Ukraine.

Avec AFP
 

Première publication : 18/08/2014

  • COMMERCE

    Embargo russe : exit les pommes, mais les avions français restent bienvenus

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Vladimir Poutine limite les importations des pays sanctionnant la Russie

    En savoir plus

  • GUERRE COMMERCIALE

    L’embargo, l’ultime arme de Poutine face aux sanctions internationales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)