Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

FRANCE

Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

© AFP (archives) | Les malfaiteurs ont dérobé 250 000 euros et des documents diplomatiques.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2014

Le convoi du prince saoudien Abdul Aziz Bin Fahd, un des fils du roi Fahd, a été attaqué dimanche soir à Paris par un commando armé et semble-t-il très bien renseigné. Les braqueurs ont dérobé 250 000 euros en liquide, sans faire de blessés.

S'intéressaient-ils aux 250 000 euros ou aux documents diplomatiques qu'ils ont également dérobés ? Un commando d'hommes armés, "manifestement bien informés", a braqué dimanche 17 août au soir le convoi d'un prince saoudien, une attaque inédite à Paris.

Si son identité n'était jusqu'alors pas connue, on sait désormais qu'il s'agit, selon des information du "Monde", du prince Abdul Aziz Bin Fahd. Âgé de 41 ans, il est l'un des fils du roi Fahd, décédé en 2005.

Considéré par les spécialistes comme un membre du second cercle de la famille royale saoudienne, moins proche du pouvoir, il était un habitué de la capitale française, où il  retrouvait notamment Saad Hariri, fils de l'ancien Premier ministre libanais assassiné en 2005, Rafik Hariri. Connu pour sa réputation de play-boy, le prince se serait rendu à Ibiza immédiatement après sa mésaventure parisienne, selon "Le Point".

Une mésaventure particulièrement spectaculaire. Son convoi d'une dizaine de voitures était parti de l'hôtel George V, sur les Champs-Élysées, l'un des palaces les plus luxueux de la capitale appartenant au groupe Kingdom Holding Company du prince saoudien Al-Walid ben Talal. Il se rendait à l'aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), lorsqu'il a été attaqué vers 21h au niveau de la Porte de la Chapelle, dans le nord de Paris.

Le "préjudice déclaré (est) de 250 000 euros", a affirmé une source policière, précisant qu'il n'y avait pas eu de blessé. Des documents diplomatiques ont également été volés dans une voiture, selon une source proche du dossier. Les malfaiteurs, un commando "de cinq à huit braqueurs" porteurs d'armes de poing, selon une source policière, ont attaqué le convoi à bord de deux voitures de marque BMW, s'emparant de la Mercedes avec ses trois occupants à bord avant de les relâcher.

Des malfaiteurs très bien renseignés

Il s'agit d'une "attaque inacceptable" pour laquelle une enquête a été ouverte, a réagi le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

Cette enquête, ouverte pour "vol avec armes en bande organisée", a été confiée à la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne, a précisé une source judiciaire. "C'est assez inédit comme braquage, ils étaient manifestement bien informés, c'est vrai que c'est assez rare comme mode opératoire", selon la source policière.

Les enquêteurs de la BRB vont devoir se pencher sur les motivations du commando. "S'ils étaient à la recherche de documents sensibles, l'affaire change de nature. On ne serait alors plus face à du grand banditisme, mais à quelque chose de plus complexe", a confié un enquêteur. Les premiers éléments recueillis accréditent la thèse de braqueurs "assez aguerris", et manifestement "au courant de ce qu'ils allaient trouver en s'attaquant à cette voiture et non aux autres", a-t-il expliqué.

Avec AFP

Première publication : 19/08/2014

  • IRAK

    L'Arabie saoudite soutient-elle l’EIIL ?

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • INTERNET

    Qui est l'humoriste saoudien derrière le clip viral "No Woman, No Drive" ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)