Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

  • Confusion autour de l'arrestation des trois jihadistes français

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

Amériques

Au Nicaragua, les œufs de tortues protégés par l'armée

© Hector Guerrero, AFP | Une tortue olivâtre

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 19/08/2014

Les 2 500 premières tortues olivâtres de la saison sont arrivées sur la côte Pacifique du Nicaragua pour pondre, protégées par l'armée afin d'empêcher les habitants de manger les œufs de cette espèce en voie d'extinction.

Chaque année, entre juillet et janvier, les tortues marines de l'espèce olivâtre sont plus de 120 000 à venir pondre sur les plages pacifiques du Nicaragua. Un spectacle impressionnant qui attire autant les curieux que les voleurs d’œufs, friands de leur goût. "Ici il y a beaucoup de gens qui adorent manger les œufs de tortue", a expliqué à l'AFP Jaime Incer, conseiller en environnement du gouvernement.

Alors pour protéger les précieuses pontes, le Nicaragua ne lésine pas sur les moyens et fait appel depuis 1992 aux services de son armée nationale. En moins d'une semaine, quelque 2 500 tortues sont déjà arrivées. Jeudi 14 août, 1 434 tortues ont été comptabilisées sur les plages de Chacocente, dans la région de Carazo (sud), suivies par 910 autres vendredi et 197 supplémentaires samedi, a indiqué le colonel José Larios, responsable du détachement militaire de la zone, au journal "El Nuevo Diario".

Massacrées pendant des décennies

L'ONG WWF dénombre environ 800 000 femelles olivâtres en âge de pondre. "Jadis massacrées par centaines de milliers pour leur viande et le cuir de leur peau, les tortues olivâtres se sont à peine remises de siècles de surexploitation. Dans les années 1960, plus d’un million de tortues olivâtres étaient massacrées chaque année sur la côte pacifique du Mexique. Aujourd’hui, le nombre de sites de pontes est fort restreint. Il est indispensable de protéger ces plages", indique l'ONG.

Mais qu'il s'agisse des tortues olivâtres luths, vertes, imbriquées ou caouannes, toutes ces espèces sont menacées d'extinction et inscrites sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Des traceurs de tortues

Afin de sensibiliser le grand public au sort de ces reptiles de l’hémisphère Sud, les biologistes de l’Institut français d’exploitation de la mer (Ifremer) ont mis en place depuis début août un système de traçage des tortues marines. Focalisé, pour l'heure, sur l'océan Indien, les experts de l'Ifremer proposent - via le site Internet de l'organisation - de suivre quasiment en temps réel les déplacements de ces animaux marins migrateurs, capables de parcourir des milliers de kilomètres.

>>> Suivre les tortues de l'Ifremer en direct

Ils espèrent avoir balisé 200 reptiles d'ici 2015. Une démarche de sensibilisation donc, mais qui devrait aussi permettre aux biologistes d’alerter les gouvernements et les ONG des États concernés, afin de faire émerger de nouvelles aires marines protégées.

Avec AFP

Première publication : 19/08/2014

  • ENVIRONNEMENT

    Les scientifiques veulent ressusciter des espèces de tortues disparues

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    "Georges le solitaire", la mythique tortue centenaire, meurt sans descendance

    En savoir plus

  • ESPÈCES MENACÉES

    L'Afrique du Sud évacue ses rhinocéros, décimés par les braconniers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)