Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

© Farooq Naeem, AFP | Des partisans de Tahir ul-Qadri tentent de forcer un conteneur lors du défilé à Islamabad.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2014

Plusieurs milliers d’opposants au gouvernement pakistanais ont pu entrer mercredi dans une zone ultra-sécurisée de la capitale Islamabad. Ils tentent de chasser du pouvoir le Premier ministre, Nawaz Sharif, élu en mai 2013.

Après avoir défilé, mardi 19 août, vers le parlement de la capitale Islamabad, des milliers de partisans de l’opposition pakistanaise ont pénétré tôt mercredi matin dans la zone rouge de la ville où siège le gouvernement. Peu après minuit, ils ont déplacé des conteneurs pour accéder à cette zone ultra-sécurisée. À l’appel d'Imran Khan, ancienne gloire nationale de cricket reconverti dans la politique, et de Tahir ul-Qadri, un dignitaire religieux à la tête d'un réseau d'écoles et d'organisations caritatives, ces manifestants exigent la démission du Premier ministre, Nawaz Sharif.

Ce dernier a été élu en mai 2013 à l'issue d'un scrutin que ces opposants jugent entaché de fraudes massives, malgré sa validation par des observateurs internationaux. Imran Khan accuse Nawaz Sharif d'avoir truqué les élections, tandis que Tahir ul-Qadri dénonce la corruption présumée du chef du gouvernement.

"Nous resterons pacifiques, nous n'allons pas entrer dans l'enclave diplomatique, ni dans le parlement", a déclaré Imran Khan mardi soir en se dirigeant vers la zone rouge. Mais "si le Premier ministre ne démissionne pas dans les 24 prochaines heures, nous allons marcher jusque dans sa résidence officielle", située à deux pas du parlement, a-t-il plus tard ajouté.

L’armée appelle au dialogue

La puissante armée pakistanaise a appelé au "dialogue" pour résoudre cette crise. "La situation nécessite de la patience, de la sagesse, et de la sagacité de la part de toutes les parties pour mettre un terme à l'impasse actuelle via un dialogue profond qui est dans l'intérêt de la nation", a déclaré mercredi le porte-parole de l'armée sur son compte Twitter officiel.

D’après la police, le rassemblement a regroupé quelque 55 000 personnes. Le gouvernement avait pourtant autorisé ces mouvements de protestation à condition qu'ils restent à l'écart de la "zone rouge" d'Islamabad, qui concentre la primature, le parlement et de nombreuses ambassades occidentales. Quelque 700 soldats sont actuellement déployés près de ces édifices clés.

Selon certains commentateurs, Khan et Qadri chercheraient à exploiter des divergences entre l'état-major de l'influente armée pakistanaise et le Premier ministre.

Avec Reuters et AFP

 

Première publication : 19/08/2014

  • AFGHANISTAN

    Près de 90 morts dans un attentat en Afghanistan

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Une Pakistanaise lapidée pour s’être mariée par amour

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Vaste offensive du Pakistan contre les islamistes du Waziristan du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)