Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donestk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les États-Unis achèvent la destruction des armes chimiques syriennes

© Mario Laporta, AFP | Des armes chimiques syriennes sont transférées sur un cargo américain, le 2 juillet 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2014

Les États-Unis ont annoncé avoir achevé la destruction d’armes chimiques syriennes en Méditerranée. D’anciennes usines de production d'armes chimiques doivent encore être détruites en Syrie.

Les États-Unis ont fini de détruire les armes chimiques syriennes à bord d'un navire spécialement équipé en Méditerranée, a annoncé le Pentagone lundi 18 août. Ces équipements permettaient au régime de Bachar al-Assad de fabriquer notamment les gaz sarin et moutarde.

Les États-Unis interdisent le survol de la Syrie aux avions commerciaux

L'Agence fédérale de l'aviation (FAA) a interdit, lundi 18 août, aux avions commerciaux américains de survoler la Syrie en raison du conflit qui y fait rage.

L'interdiction vise "toutes les compagnies américaines et tous les opérateurs commerciaux", mais il n'a pas été précisé combien d'avions exactement étaient touchés par cette mesure.

La Syrie, comme l'Irak, se trouve sur le chemin que peuvent emprunter les longs courriers entre l'Europe et le Moyen-Orient ou l'Asie.

"Les armes chimiques les plus mortelles possédées par le régime syrien ont été détruites par des professionnels civils et militaires en utilisant un mécanisme américain unique en son genre", s'est félicité le président Barack Obama, dans un communiqué.

Depuis début juillet, 581 tonnes de "précurseurs chimiques" pour le sarin et 19,8 tonnes d'agents destinés au moutarde ont été détruits. Ils ont été neutralisés à l'aide d'un système par hydrolyse à bord du Cape Ray, un cargo roulier américain, spécialement aménagé pour l'occasion, qui croise en Méditerranée, dans les eaux internationales. Au total, la Syrie a évacué un total de 1 300 tonnes d'agents chimiques.

L'opération, supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), doit se poursuivre au cours des deux prochaines semaines : le navire se rendra en Finlande et en Allemagne pour y décharger les résidus, qui seront traités comme des déchets industriels, a précisé le Pentagone. Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a salué cette opération, la qualifiant de "contribution à la sécurité de la planète".

Obama toujours inquiet

Cet arsenal avait été remis par Damas à la communauté internationale afin d'éviter une intervention militaire des États-Unis et de la France, ces derniers accusant le régime de Bachar al-Assad de l'avoir utilisé contre sa propre population dans le cadre du conflit en Syrie.

Toutefois, Washington reste sur ses gardes vis-à-vis du régime syrien. Les États-Unis "s'assureront que la Syrie tiendra son engagement de détruire ses installations restantes, destinées à produire des armes chimiques", a prévenu Barack Obama. L'OIAC a en effet demandé la destruction de 12 anciennes usines de production d'armes chimiques.

Le président américain s'est également inquiété des "divergences et des omissions quant aux déclarations faites par la Syrie à l'OIAC et les informations selon lesquelles (des armes chimiques) sont toujours utilisées" par le régime syrien, aux prises avec une rébellion armée depuis près de trois ans et demi.

L'OIAC enquête en effet sur des possibles attaques au chlore en Syrie. Paris et Washington ont accusé Damas d'avoir utilisé ce produit toxique contre l'opposition, tandis que le régime, lui, accuse les rebelles.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 19/08/2014

  • SYRIE

    "Le régime syrien estime qu’il a carte blanche pour frapper fort sur l’EI"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton critique la prudence d'Obama en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : une quarantaine de morts suite aux attaques du régime et des rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)