Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Moyen-Orient

L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

© AFP | James Foley en reportage en Libye, en septembre 2011.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/12/2014

Les jihadistes de l’organisation de l’État islamique ont mis en ligne mardi 19 août au soir une vidéo montrant ce qu’ils présentent comme la décapitation de James Foley, un journaliste américain porté disparu depuis près de deux ans en Syrie.

La vidéo, intitulée "Un message à l’Amérique", dure un peu moins de cinq minutes. La scène se déroule dans une zone désertique sans qu’il soit possible de savoir où. Un homme vêtu de noir, masqué, se tient debout derrière une personne présentée comme étant James Foley, un journaliste américain porté disparu depuis près de deux ans en Syrie. Le prisonnier, vêtu d’une tenue orange qui rappelle celle des prisonniers de Guantanamo, est agenouillé. Il dit : "J’appelle mes amis, ma famille et ceux que j’aime à s’élever contre mes véritables meurtriers, le gouvernement des États-Unis, car ce qui va m’arriver n’est que la conséquence de son arrogance et de sa criminalité."

L’homme debout derrière lui s’exprime alors en anglais avec un accent britannique : "Voici James Wright Foley, citoyen américain, originaire de votre pays. En tant que gouvernement, vous vous êtes placés en première ligne de l’agression contre l’État islamique." "Aujourd’hui, votre aviation militaire nous attaque quotidiennement en Irak. Vos bombardements ont fait des victimes parmi les musulmans. Vous ne combattez plus une insurrection. Nous sommes une armée islamique et un État qui a été reconnu par un grand nombre de musulmans à travers le monde", ajoute cet homme. Puis il décapite au couteau le prisonnier agenouillé

Les États-Unis "horrifiés"

L’authenticité de la vidéo n’a pu être vérifiée dans l’immédiat. "Les services de renseignement tentent de déterminer le plus rapidement possible si elle est authentique. Si elle est authentique, nous sommes horrifiés par le meurtre cruel d’un journaliste américain innocent et nous transmettons nos plus profondes condoléances à sa famille et à ses amis", a déclaré Caitlin Hayden, porte-parole de la Maison Blanche.

La mère de James Foley, Diane Foley, a réagi dans un message publié sur Facebook : "Nous n'avons jamais été aussi fiers de notre fils Jim. Il a donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien. Nous implorons les ravisseurs d'épargner la vie des autres otages. Comme Jim, ils sont innocents. Ils n'ont aucun pouvoir sur la politique du gouvernement américain en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde."

James Foley a été capturé le 22 novembre 2012 dans le nord-est de la Syrie alors qu’il couvrait la guerre civile pour plusieurs médias, dont l’AFP. Sa famille, qui avait lancé une campagne d'information, n'avait eu aucune nouvelle depuis lors. Âgé de 40 ans, il était un reporter expérimenté, avait notamment couvert le conflit en Libye avant de se rendre en Syrie, où il a couvert le soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad.

Un autre journaliste américain apparaît dans la vidéo

À la fin de la vidéo, un autre prisonnier en tenue orange apparaît à l’écran. Il est identifié : "Steven Joel Sotloff". Steven Sotloff, lui aussi journaliste indépendant américain, a travaillé en Syrie, en Libye et au Yémen. Il a été porté disparu en juillet 2013 alors qu’il se trouvait dans le nord de la Syrie. Ses articles ont notamment été publiés par "Time Magazine" et la revue "Foreign Policy".

"La vie de ce citoyen américain, Obama, dépend de ta prochaine décision", dit l’homme au visage masqué. Lundi, Barack Obama a affirmé que son pays entendait "poursuivre une stratégie à long terme" de lutte contre l'organisation de l'EI, en soutenant le nouveau gouvernement irakien que doit former le Premier ministre désigné Haïdar al-Abadi.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/08/2014

  • IRAK

    L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama : "L'État islamique est une menace pour l'Irak et toute la région"

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Le régime syrien estime qu’il a carte blanche pour frapper fort sur l’EI"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)