Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

En savoir plus

L’invité du jour

"L’Europe a un rôle à jouer dans la défense des éléphants"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

"Fair play financier" : le PSG passe son grand oral

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : l'opposition manifeste contre le projet de réforme électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations en France : la guerre des chiffres

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite de Macron à Washington : que peut-il espérer de sa rencontre avec Trump ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

© Bertrand Guay, AFP | Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, le 20 août 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2014

Laurent Fabius a appelé mercredi les pays du Moyen-Orient, ainsi que l'Iran, à unir leurs efforts à ceux du Conseil de sécurité de l'ONU pour lutter contre l'organisation de l'État islamique.

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius appelle à s'unir en Irak contre l'organisation de l'État islamique (EI). Le ministre des affaires étrangères a notamment appelé les pays du Moyen-Orient, y compris l'Iran, ainsi que les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, à agir ensemble contre les jihadistes de l'État islamique.

"Nous voulons que l'ensemble des pays de la région, les pays arabes mais aussi l'Iran, et le P5 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité) se joignent à cette action", a ainsi déclaré Laurent Fabius devant des parlementaires. De son côté, le président François Hollande a annoncé mercredi dans le journal "Le Monde" qu'il allait proposer prochainement une conférence internationale sur la sécurité en Irak.

Selon le ministre des Affaires étrangères, cette conférence devrait permettre de "prendre une série de dispositions en matière de renseignement et en matière militaire", et de prendre des mesures pour "couper les ressources" de l'EI. Reconnaissant que ce groupe se comportait comme "un véritable État" dans les régions qu'il contrôle, il a également estimé nécessaire de "mener une action sociale pour couper les soutiens" dont l'EI peut disposer dans la population.

"Nous considérons que ce groupe terroriste-là est d'une dangerosité et d'une nature différentes des autres. Nous avons une entreprise de destruction. Aujourd'hui c'est l'Irak. Mais le califat, c'est l'ensemble de la région, et au-delà de la région, c'est évidemment l'Europe", a souligné Laurent Fabius lors de son audition devant les parlementaires. "Nous sommes tous des gens à détruire et à abattre puisque l'objectif et la raison d'être de ce groupe, c'est de tuer tous ceux qui ne se soumettent pas", a-t-il ajouté.

Les jihadistes de l'État islamique ont pris en quelques mois de larges portions de territoires en Irak et en Syrie, dans le but d'établir "un califat islamique" dépassant les frontières.

Ces dernières semaines, plusieurs voix se sont élevées pour appeler à intervenir contre le groupe jihadiste. Le pape François s'est notamment prononcé pour une action collective de la communauté internationale sous l'égide de l'ONU.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 20/08/2014

  • SYRIE

    L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama : "L'État islamique est une menace pour l'Irak et toute la région"

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le pape veut stopper "une agression injuste" mais pas "faire la guerre" en Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)