Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Les jihadistes de l'EI revendiquent la décapitation d'un journaliste américain

© AFP/Archives | Le journaliste indépendant américain James Foley à l'aéroport de Sirte, en Libye, le 29 septembre 2011Le journaliste indépendant américain James Foley à l'aéroport de Sirte, en Libye, le 29 septembre 2011

L'Etat islamique, un groupe de jihadistes extrémistes, affirme avoir décapité le journaliste américain James Foley en représailles des frappes aériennes américaines en Irak.

Dans une vidéo diffusée mardi sur internet, l'Etat islamique montre un homme masqué et habillé de noir qui semble couper la gorge du journaliste.

James Foley avait été enlevé par des hommes armés en novembre 2012 en Syrie. Sa famille a posté un message en ligne après la publication de la vidéo demandant du temps "pour trouver des réponses".

Foley, qui à 40 ans était un reporter expérimenté, avait notamment couvert le conflit en Libye avant de se rendre en Syrie, où il a couvert le soulèvement contre le régime de Bashar Al-Assad pour Global Post, l'AFP et d'autres médias.

Selon plusieurs témoignages, James Foley a été enlevé dans le nord de la Syrie le 22 novembre 2012. Sa famille, qui avait lancé une campagne d'information, n'avait eu aucune nouvelle depuis lors.

La vidéo d'un peu moins de cinq minutes, qui s'intitule "Message à l'Amérique" a été tournée dans une zone désertique sans qu'il soit possible de savoir où.

L'homme masqué qui semble procéder à l'exécution du journaliste s'exprime en anglais avec un accent britannique.