Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

LIGNE DIRECTE

Étudiants d'Abidjan, la colère gronde

En savoir plus

REPORTERS

Antiquités syriennes : sur les routes du trafic

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

EUROPE

Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

© Marcel Mochet, AFP | Le glacier islandais le Vatnajökull, au-dessous duquel se trouve le volcan Bardarbunga.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2014

Entré en activité depuis samedi, le puissant volcan Bardarbunga, dans le sud de l’Islande, fait l’objet d’une surveillance accrue des autorités locales. En 2010, l’éruption d’Eyjafjallajökull avait perturbé un mois durant le trafic aérien en Europe.

Après Eyjafjallajökull et son nom imprononçable, voici Bardarbunga. Cet immense volcan situé sous le glacier Vatnajökull, dans le sud de l’Islande, est, depuis samedi 16 août, entré en activité, poussant les autorités locales à la plus grande vigilance.

Mardi 19 août, l'institut météorologique islandais, chargé de surveiller le site, a recensé, en quatre jours, quelque 2 600 séismes dus à son activité. La magnitude de certaines secousses a atteint 4,5 sur l’échelle de Richter. Mais, précisent les autorités islandaises, l'évolution du Bardarbunga dans les jours ou semaines à venir est impossible à prédire.

"L'expérience prouve que l'activité sismique peut se poursuivre un long moment sans qu'une éruption ne se déclenche", a tempéré la Protection civile. Pour Bryndis Brandsdottir, géophysicienne de l'Université d'Islande, selon les dernières indications, le magma ne semblait pas s'être rapproché de la surface, restant "de trois à sept kilomètres en dessous".

Les scientifiques considèrent toutefois le Bardarbunga comme suffisamment dangereux, s'il entre en éruption, pour perturber le trafic aérien dans le nord de l'Europe et de l'Atlantique avec ses projections de cendres. Il pourrait en outre provoquer des dégâts importants en Islande, notamment des inondations avec la fonte des glaces.

Les abords du volcan évacués

Mercredi 20 août, la Protection civile islandaise a achevé l'évacuation des abords du volcan. Une opération qui n’a concerné que la zone située au nord du chaudron. Cette région, très sauvage, ne compte aucun habitant à l'année, mais comptent, l’été, des huttes et des campings qui accueillent touristes ou chasseurs. Les routes qui y mènent ont été fermées. La Protection civile, accompagnée de plusieurs scientifiques, prévoyait de survoler la région dans la journée de mercredi, pour s'assurer que personne n'y était resté.

L'institut météorologique islandais a relevé à "orange" le niveau d'alerte pour l'aviation, ce qui signifie "agitation élevée ou en hausse avec potentiel accru d'éruption". Au-delà, ne reste que le niveau "rouge", enclenché quand commence une éruption.

En 2010, Eyjafjallajökull avait provoqué la plus grande fermeture d'espace aérien décrétée en Europe en temps de paix, avec plus de 100 000 vols annulés sur un mois et plus de huit millions de passagers bloqués.

Avec AFP

Première publication : 20/08/2014

  • TRANSPORTS

    Le trafic aérien se normalise en Europe, le volcan baisse en activité

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    L'éruption du volcan islandais pourrait prendre fin d'ici à ce week-end

    En savoir plus

  • TRANSPORTS

    L'éruption volcanique en Islande perturbe le ciel européen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)