Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Afrique

À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

© Pacome Pabandji, AFP | Troupes françaises patrouillant dans une rue de Bangui, le 16 août 2014.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/08/2014

Des centaines de personnes ont manifesté, jeudi à Bangui, contre la présence militaire française en Centrafrique. Des heurts ont eu lieu, mardi et mercredi, entre des soldats français et des hommes armés, faisant cinq morts.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pacifiquement, jeudi 21 août, à Bangui, contre la présence militaire française en Centrafrique, au lendemain de heurts meurtriers dans un quartier musulman de la capitale. 

Hommes, femmes et enfants ont marché malgré la pluie sur plusieurs kilomètres, depuis le quartier musulman du PK5 jusqu'au siège de la Minusca (représentation de l'ONU), aux cris de "Hollande criminel". Ils y ont déposé un mémorandum contenant leurs griefs et revendications.

Les manifestants entendaient exprimer leur mécontentement contre l'armée française, qu'ils accusent de harcèlement contre les musulmans. Ils brandissaient des pancartes en carton, dénonçant l'opération militaire française Sangaris et la force européenne Eufor, qui compte une importante composante hexagonale. "Nous sommes toujours victimes de la France", accusait l'un de ces écriteaux.

"Nous n'avons plus besoin des Français ici"

"On ne comprend pas la colère des Français contre les musulmans du PK5. Et on ne comprend pas non plus que devant tous ces morts et blessés, aucune autorité n'a élevé la voix", a déploré Abakar Moustapha, un notable du quartier, cité par l'AFP.

"Nous n'avons plus besoin des Français ici. Qu'ils s'en aillent ! Ils sont la cause de tous nos malheurs", s'égosillait un manifestant.

Le rassemblement s'est déroulé sans incident. La sécurité du cortège était assurée par des éléments burundais de la force africaine Misca.

Ces protestations interviennent au lendemain de heurts meurtriers entre des soldats français et des hommes armés, qui ont fait cinq morts, dont un volontaire de la Croix-Rouge centrafricaine. Trois soldats français ont en outre été blessés.

Quelque 2 000 militaires français sont déployés depuis décembre en Centrafrique, en soutien aux 6 000 hommes de la force africaine de maintien de la paix, la Misca.

À partir du 15 septembre, la Minusca - la Mission des Nations nies pour la stabilisation en République centrafricaine - doit se substituer progressivement aux forces internationales, dont la Misca. La force de l'ONU comptera 12 000 hommes à effectif plein.

Avec AFP

Première publication : 21/08/2014

  • CENTRAFRIQUE

    Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    L'ex-Séléka "ne participera pas au prochain gouvernement" dirigé par un musulman

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Un musulman nommé Premier ministre en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)