Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Irlande: décès de l'ancien Premier ministre Albert Reynolds

AFP

Albert Reynolds, ancien Premier ministre irlandais, salue la foule lors du traditionnel défilé de la Saint Patrick à New-York, le 17 mars 1998Albert Reynolds, ancien Premier ministre irlandais, salue la foule lors du traditionnel défilé de la Saint Patrick à New-York, le 17 mars 1998

Albert Reynolds, ancien Premier ministre irlandais, salue la foule lors du traditionnel défilé de la Saint Patrick à New-York, le 17 mars 1998Albert Reynolds, ancien Premier ministre irlandais, salue la foule lors du traditionnel défilé de la Saint Patrick à New-York, le 17 mars 1998

Albert Reynolds, ancien Premier ministre irlandais et artisan du cessez-le-feu historique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA) en 1994 dans le cadre du processus de paix dans la province britannique d'Irlande du nord, est décédé à l'âge de 81 ans.

Elu député pour la première fois en 1977 sous l'étiquette du Fianna Fail, le parti irlandais de centre droit, membre de la coalition au pouvoir avec les démocrates progressistes, Albert Reynolds a aussi occupé au cours de sa carrière de nombreux postes ministériels.

Il a été à deux reprises Premier ministre irlandais en 1992, puis entre 1993 et 1994. Il a alors joué un rôle clef dans de délicates négociations en coulisses, menant au cessez-le-feu historique de l'IRA.

A la suite de son décès, survenu mercredi soir et annoncé jeudi, le Premier ministre britannique David Cameron a souligné sur son compte Twitter que sa contribution au processus de paix avait été "cruciale".

Le président du Sinn Fein, Gerry Adams, lui a également rendu hommage sur Twitter écrivant: "Albert est intervenu dans le Nord (de l'Irlande) quand cela était nécessaire".

"Notre monde lui doit une profonde dette de gratitude", a quant à lui déclaré l'ancien président des Etats-Unis Bill Clinton.

"Il n'avait pas peur de prendre des risques politiques pour faire avancer le chemin de la réconciliation", a de son côté rappelé l'ancien Premier ministre Bertie Ahern, successeur de Reynolds à la tête du parti.

Le gouvernement irlandais a annoncé que des funérailles d'Etat seraient organisées lundi et que les drapeaux des bâtiments publics seraient en berne à cette occasion.

En 1993, Reynolds avait signé la "Déclaration de Downing Street" avec son homologue de l'époque, le Premier ministre britannique John Major, ouvrant alors la voie à l'inclusion des extrémistes d'Ulster, catholiques ou protestants, dans le processus politique.

Ce document, suivi quelques mois plus tard par un cessez-le-feu de l'IRA, est considéré comme l'un des textes précurseurs aux accords du Vendredi Saint de 1998 qui ont mis un terme à trente ans d'une guerre civile entre les républicains catholiques, prônant le rattachement de la province à l'Irlande, et les unionistes protestants, désireux de rester au sein du Royaume-Uni. Ces troubles ont fait plus de 3.500 morts.

Albert Reynolds avait démissionné de son poste de chef du gouvernement en novembre 1994 à la suite de l'éclatement de sa coalition gouvernementale avec les travaillistes, minée par une affaire liée à l'extradition d'un prêtre pédophile.

Il a pris sa retraite politique en 2002 afin de se consacrer à ses affaires.

Né en 1932, cet homme d'affaires a grandi dans le petit village de Roosky, dans le centre de l'Irlande.

Son fils Philip avait récemment révélé qu'Albert Reynolds souffrait de la maladie d'Alzheimer.

Première publication : 21/08/2014