Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

EUROPE

À Donetsk, des séparatistes forcent des prisonniers ukrainiens à défiler

© @EvgenyFeldman sur Twitter | Des soldats ukrainiens prisonniers ont été contraints de défiler par les séparatistes pro-russes à Donetsk.

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2014

Plusieurs dizaines d'Ukrainiens prisonniers des séparatistes pro-russes ont été forcés de défiler, dimanche, dans les rues de Donetsk, à l'est du pays. De son côté, Kiev a renoué avec la parade de l'indépendance, qui n'avait pas eu lieu depuis 2009.

Les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine ont contraint plusieurs dizaines de soldats ukrainiens à défiler, dimanche 24 août, dans leur fief de Donetsk, ont rapporté des journalistes sur place. Entre 40 et 50 soldats, capturés au cours des combats qui font rage dans cette région depuis plus de quatre mois, ont été présentés sur la place Lénine dans le centre-ville.

"Nous voyons maintenant passer les gens qui ont été envoyés pour nous tuer", s'est exclamé un commentateur. "Nous sommes Russes !", a-t-il proclamé.

Mal rasés, pas coiffés et vêtus aussi bien d’uniformes que de tenues civiles, ils ont marché tête baissée, suivis d’engins de nettoyage, comme si leur passage avait souillé la ville. "Fascistes !", leur ont crié les spectateurs, dont certains leur ont lancé des bouteilles, entre autres projectiles. Des images retransmises par les télévisions russes et diffusées sur les réseaux sociaux.

L’armée ukrainienne parade à Kiev

À plusieurs centaines de kilomètres de là, place Maïdan, à Kiev, des colonnes de blindés, lance-roquettes et systèmes de défense antiaérienne ont défilé dans la matinée pour célébrer leur 23e anniversaire de l'indépendance.

En pleine guerre dans l'Est, qui a coûté la vie à plus de 2 200 personnes dont 722 soldats, l'Ukraine a décidé de renouer avec le grand défilé sur la place de l'Indépendance avec des armes lourdes, ce qui n'avait pas eu lieu depuis 2009.

Des milliers d'Ukrainiens, la plupart portant des chemises brodées ou arborant les couleurs nationales - bleu et jaune - avec drapeaux, fanions ou boucles d'oreille ont acclamé le passage d'une unité qui vient de revenir de la zone des combats.

Les précisions de notre correspondant à Kiev

Une minute de silence a été observée pour rendre hommage aux quelque 100 manifestants tués dans les rues lors de la contestation ayant conduit en février à la chute du régime pro-russe de Viktor Ianoukovitch après un bain de sang.

>> À lire sur France 24 : Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

Des milliards d’euros seront investis dans l’armée

Le président Petro Porochenko a promis dimanche de débloquer des milliards d'euros dans les années à venir pour moderniser l'armée ukrainienne, jugeant que ses prédécesseurs avaient sous-estimé la menace russe. "La guerre n'est pas notre initiative, elle nous a été imposée de l'extérieur. Notre choix c'est la paix", a-t-il assuré. "Qui veut la paix doit se préparer à la guerre", a-t-il toutefois souligné.

Il a annoncé qu'une colonne d'équipements modernes irait depuis Khrechtchatik vers la zone des combats. "Je suis fier pour mon pays", a déclaré à l'AFP le général Valéri Soubotine, fraîchement revenu de l'Est et anciennement à la tête de la colonne des gardes-frontières. "C'est un grand soutien aux soldats qui sont là-bas. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c'est bien pour l'esprit de combat", a-t-il assuré.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 24/08/2014

  • UKRAINE

    Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)