Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

EUROPE

À Donetsk, des séparatistes forcent des prisonniers ukrainiens à défiler

© @EvgenyFeldman sur Twitter | Des soldats ukrainiens prisonniers ont été contraints de défiler par les séparatistes pro-russes à Donetsk.

Vidéo par Gulliver CRAGG

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/08/2014

Plusieurs dizaines d'Ukrainiens prisonniers des séparatistes pro-russes ont été forcés de défiler, dimanche, dans les rues de Donetsk, à l'est du pays. De son côté, Kiev a renoué avec la parade de l'indépendance, qui n'avait pas eu lieu depuis 2009.

Les séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine ont contraint plusieurs dizaines de soldats ukrainiens à défiler, dimanche 24 août, dans leur fief de Donetsk, ont rapporté des journalistes sur place. Entre 40 et 50 soldats, capturés au cours des combats qui font rage dans cette région depuis plus de quatre mois, ont été présentés sur la place Lénine dans le centre-ville.

"Nous voyons maintenant passer les gens qui ont été envoyés pour nous tuer", s'est exclamé un commentateur. "Nous sommes Russes !", a-t-il proclamé.

Mal rasés, pas coiffés et vêtus aussi bien d’uniformes que de tenues civiles, ils ont marché tête baissée, suivis d’engins de nettoyage, comme si leur passage avait souillé la ville. "Fascistes !", leur ont crié les spectateurs, dont certains leur ont lancé des bouteilles, entre autres projectiles. Des images retransmises par les télévisions russes et diffusées sur les réseaux sociaux.

L’armée ukrainienne parade à Kiev

À plusieurs centaines de kilomètres de là, place Maïdan, à Kiev, des colonnes de blindés, lance-roquettes et systèmes de défense antiaérienne ont défilé dans la matinée pour célébrer leur 23e anniversaire de l'indépendance.

En pleine guerre dans l'Est, qui a coûté la vie à plus de 2 200 personnes dont 722 soldats, l'Ukraine a décidé de renouer avec le grand défilé sur la place de l'Indépendance avec des armes lourdes, ce qui n'avait pas eu lieu depuis 2009.

Des milliers d'Ukrainiens, la plupart portant des chemises brodées ou arborant les couleurs nationales - bleu et jaune - avec drapeaux, fanions ou boucles d'oreille ont acclamé le passage d'une unité qui vient de revenir de la zone des combats.

Les précisions de notre correspondant à Kiev

Une minute de silence a été observée pour rendre hommage aux quelque 100 manifestants tués dans les rues lors de la contestation ayant conduit en février à la chute du régime pro-russe de Viktor Ianoukovitch après un bain de sang.

>> À lire sur France 24 : Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

Des milliards d’euros seront investis dans l’armée

Le président Petro Porochenko a promis dimanche de débloquer des milliards d'euros dans les années à venir pour moderniser l'armée ukrainienne, jugeant que ses prédécesseurs avaient sous-estimé la menace russe. "La guerre n'est pas notre initiative, elle nous a été imposée de l'extérieur. Notre choix c'est la paix", a-t-il assuré. "Qui veut la paix doit se préparer à la guerre", a-t-il toutefois souligné.

Il a annoncé qu'une colonne d'équipements modernes irait depuis Khrechtchatik vers la zone des combats. "Je suis fier pour mon pays", a déclaré à l'AFP le général Valéri Soubotine, fraîchement revenu de l'Est et anciennement à la tête de la colonne des gardes-frontières. "C'est un grand soutien aux soldats qui sont là-bas. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c'est bien pour l'esprit de combat", a-t-il assuré.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 24/08/2014

  • UKRAINE

    Angela Merkel à Kiev pour arracher un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)