Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

“La démission du gouvernement est aussi une affaire franco-allemande”

© Odd Andersen, AFP | Arnaud Montebourg devant la porte de Brandebourg à Berlin en avril 2014.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 25/08/2014

La démission du gouvernement Valls et les critiques adressées par Arnaud Montebourg à Berlin ne sont pas passées inaperçues Outre-Rhin. La crise politique française y est perçue comme un “tournant” pour toute l’Europe.

Vue d’Allemagne, la démission du gouvernement Valls, lundi 25 août, apparaît comme un séisme politique en Europe. Certes, Berlin a tenté de minimiser l’affaire en évoquant une simple “question de politique intérieure française”. Mais pour les médias germaniques, il en va autrement. La crise politique française fait la Une des principaux journaux, qui l’analysent tous comme la conséquence du choc des cultures au sein du parti socialiste sur fond de marasme économique.

“Les poids lourds de la gauche de la gauche provoquent la chute du gouvernement”, titre le quotidien “Die Welt”. Pour tous, Benoît Hamon, ex-ministre de l'Éducation et surtout Arnaud Montebourg, le ministre de l’Économie sortant, sont responsables de ce coup de théâtre politique. La violence de la charge du patron de Bercy contre la politique de François Hollande et de Manuel Valls n’est pas passée inaperçue Outre-Rhin.

“Laquais d’Angela Merkel”

Et pour cause : Arnaud Montebourg n’a pas seulement demandé aux deux têtes de l’exécutif de changer de politique économique pour “favoriser la croissance”. Il a appelé à “hausser le ton” face à l’Allemagne et à son “obsession” de la maîtrise des dépenses publiques. “On a l’impression qu' Arnaud Montebourg juge que la politique de réformes entreprise par la France est dictée par Berlin et que François Hollande et Manuel Valls sont des laquais d’Angela Merkel”, résume un éditorialiste de la “Rheinische Post”. Pas étonnant selon ce quotidien que le Premier ministre ait jugé qu'Arnaud Montebourg avait “franchi la ligne jaune”.

Cette attaque de l'ex-ministre contre la priorité économique affichée par Berlin démontre que “contrairement à ce que peut dire le gouvernement d’Angela Merkel, la démission du gouvernement français est aussi une affaire franco-allemande”, assure Henning Vöpel, directeur du Hamburgisches WeltWirtschaftsInstitut (Institut hambourgeois d’économie mondiale). Pour cet économiste, la crise politique française est “un tournant” qui peut avoir des conséquences importantes pour l’Allemagne et toute l’Europe.

Tout dépend, d’après lui, de qui sortira vainqueur de cette crise. “La démission du gouvernement est la conséquence de l’affrontement entre ceux qui soutiennent les réformes économiques en France et les autres”, explique Henning Vöpel. Si le remaniement permet de constituer une équipe qui soutient à 100 % le cap fixé par Manuel Valls, “ce sera considéré comme une crise salvatrice en Allemagne”, assure-t-il.

“La France, pays clef pour l’avenir économique européen”

Jusqu’à présent le gouvernement français était perçu en Allemagne “comme incapable de se mettre d’accord sur une politique économique”, rappelle Henning Vöpel. Une indécision loin d’être anecdotique : “la France est actuellement le pays clef pour déterminer l’avenir économique de l’Europe”, affirme cet économiste allemand. Un gouvernement français soutenant d’une seule voix les réformes “deviendrait l’exemple à suivre pour d’autres pays européens [comme l’Italie de Matteo Renzi, NDLR] qui hésitent encore sur la politique à mener”, assure Henning Vöpel.

En d’autres termes, Arnaud Montebourg et, dans une moindre mesure, Benoît Hamon étaient aux yeux de certains Allemands des empêcheurs d'économiser en rond en Europe. Ces deux responsables politiques représenteraient “le courant de ceux qui veulent repousser aux calendes grecques le problème de la réduction de déficit”, résume ainsi le quotidien conservateur allemand “Frankfurter Allgemeine”.

Quand Arnaud Montebourg a raison

Pour autant, Henning Vöpel juge qu’Arnaud Montebourg n’a pas tout faux dans sa critique de la position allemande. “Angela Merkel a, en effet, un discours trop centré autour de l’austérité budgétaire sans jamais évoquer réellement d’agenda économique pour une relance économique en Europe”, explique-t-il. “Les réformes pour réduire les déficits créent de la frustration au sein des populations surtout si elles ne sont pas accompagnées d’autres mesures”, ajoute-t-il.

La chancelière allemande pourrait donc profiter de la crise française pour faire également un geste. “Elle doit se montrer plus positive dans son discours et pas seulement répéter toujours qu’il faut maîtriser les dépenses”, note Henning Vöpel. Sinon, craint-il, cette notion d’austérité budgétaire continuera à faire l’objet de toutes les récupérations politiques.

Première publication : 25/08/2014

  • PORTRAIT

    Arnaud Montebourg, grand trublion de la famille socialiste

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Pour Manuel Valls, Arnaud Montebourg a "franchi la ligne jaune"

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)