Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Economie

Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

© Fabrice Coffrini, AFP | La banque suisse Pictet n'avait jamais publié ses comptes depuis sa création.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/08/2014

La banque suisse Pictet, fondée en 1805, a pour la première fois rendu ses comptes publics. On y apprend que cette discrète firme genevoise gère 404 milliards de francs suisses, ce qui en fait la troisième plus importante banque privée du pays.

C’est la troisième plus importante banque privée suisse et, pourtant, l’état de ses finances restait jusqu’à présent un mystère quasi-absolu. La banque Pictet n’avait, en effet, jamais publié ses résultats depuis sa création en 1805. Son premier rapport semestriel, mis en ligne mardi 26 août, vient donc briser un silence de 209 ans. Il illustre aussi le profond changement de culture bancaire qui s’opère en Suisse, notamment sous pression des autorités judiciaires américaines.

Ces résultats financiers, qui couvrent les six premiers mois de 2014, dévoilent une banque bénéficiaire (un profit de 203 millions de francs suisses, soit 168 millions d’euros) qui gère des sommes conséquentes. Ses actifs s’élèvent, en effet, à 404 milliards de francs suisses (334,4 milliards d’euros), en progression de 15 milliards de francs suisses depuis fin 2013. Seul Credit Suisse et UBS ont, parmi les banques qui publient leurs résultats en Suisse, davantage de fonds en gestion privée. Au niveau international, Pictet est le dizième plus important gestionnaire de fortune, juste devant Goldman Sachs, rappelle le "Wall Street Journal".

Mais cet accroissement des dépôts dans ses coffres est le seul élément de comparaison que la banque fournit. Pictet assure qu’en raison d’un changement dans ses méthodes de comptabilité, les comparaisons avec les résultats précédents ne seraient pas pertinentes. Jacques de Saussure, associé senior, reconnaît malgré tout au "Financial Times" que les six premiers mois de l’année dernière avaient été plus profitables. "Nous espérons que la fin de l’année sera meilleure", souligne-t-il au quotidien britannique.

Soumis à une enquête américaine

Officiellement, ce grand pas soudain vers plus de transparence résulte d’un changement de structure juridique de la banque qui l’oblige dorénavant à publier ses résultats. Mais cet établissement financier, dont certains des associés sont encore des descendants des fondateurs, est également dans le collimateur des autorités américaines. Pictet fait partie des douze banques suisses soumises à une enquête du ministère américain de la Justice qui traque les fonds cachés à l’ombre des paradis fiscaux par les ressortissants américains.

La banque a d’ailleurs reconnu au "Wall Street Journal" que le changement de structure juridique, qui réduit la responsabilité légale des associés, intervient alors que les autorités de plusieurs pays s’intéressent de plus près aux banques suisses. Une autre institution financière suisse, Lombard Odier, a effectué les mêmes modifications  récemment et doit publier ses premiers résultats jeudi 28 août. Cette banque là avait réussi à exister selon l’adage du "vivons heureux, vivons cachés" depuis… 218 ans.
 

Première publication : 26/08/2014

  • FINANCE

    France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le "plaider coupable" du Credit Suisse, le début d'une longue série ?

    En savoir plus

  • FRAUDE FISCALE

    La Suisse fait un pas de plus vers la fin du secret bancaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)