Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

#ActuElles

Le vin a-t-il un sexe ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

Moyen-Orient

Des drones américains au-dessus de la Syrie pour préparer des raids contre l'EI

© Timothy Walter/ US Navy / AFP PHOTO | | Un drone militaire américain (archives)

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/08/2014

Les États-Unis s'apprêtent à envoyer "bientôt" des drones au-dessus de la Syrie, pour repérer les positions des jihadistes de l’organisation de l’État islamique et préparer le terrain à d'éventuelles frappes.

Officiellement, le président américain Barack Obama "n'a pas (encore) pris de décision" concernant d'éventuelles frappes en Syrie contre les jihadistes de l’organisation de l’État islamique (EI). N’empêche que Washington s'apprête à envoyer des avions-espions et des drones au-dessus de la Syrie, pour repérer les jihadistes de l’EI et préparer le terrain à d'éventuelles frappes, a indiqué lundi 25 août à l'AFP un responsable américain.

Selon ce dernier, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, les appareils permettront au Pentagone d'avoir une meilleure vue d'ensemble des positions des jihadistes ultra-radicaux, qui ont proclamé fin juin un califat à cheval sur l'Irak et la Syrie. Pour le "Wall Street Journal", qui a été le premier à publier cette information lundi, les vols au-dessus de la Syrie, où le groupe extrémiste sunnite contrôle de larges pans de territoires, devraient "bientôt" commencer.

Les Américains, qui mènent depuis le 8 août des frappes contre l'EI dans le nord de l'Irak, ont durci le ton depuis l'exécution du journaliste américain James Foley. Ils ont réaffirmé leur détermination à poursuivre ces raids et envisagent de les étendre à la Syrie, à Raqqa notamment, où l’organisation de l’EI a son quartier général.

Pas de coordination avec Damas

En privé, les responsables américains indiquent qu'ils n'ont aucune intention de demander l'autorisation de survol aux autorités syriennes, ou de coordonner avec elles des frappes éventuelles, contrairement à ce qu’exige Damas.

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Walid Mouallem, le régime a en effet affirmé lundi être prêt à coopérer avec la communauté internationale. Mais il a ajouté également que toute frappe américaine contre les jihadistes de l’EI présents sur son territoire devait être coordonnée avec Damas, au risque d'être considérée comme une agression.

L’ éventualité d’une collaboration avec les autorités syriennes a été rejetée avec force par la porte-parole du département d’État américain, Marie Harf, aussi bien que par celui du Pentagone, le contre-amiral Kirby. "Nous n’avons aucune intention de coordonner avec la Syrie ou l’EI. Je le répète, il n’y a aucun plan pour des discussions en profondeur avec le régime Assad sur ce que nous pourrions faire ou ne pas faire en Syrie", a-t-il asséné.

Avec AFP

 

Première publication : 26/08/2014

  • MOYEN-ORIENT

    Syrie : Assad propose son aide à Washington pour lutter contre l'EI

    En savoir plus

  • SYRIE

    La province syrienne de Raqqa désormais sous le contrôle de l'EI

    En savoir plus

  • IRAK

    Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)