Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Twitch : la nouvelle arme ludique et publicitaire d’Amazon

© David Ryder, AFP | Jeff Bezos, patron d'Amazon, étend son incursion dans le monde du jeu vidéo avec le site Twitch

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 26/08/2014

Amazon a acheté pour près d’un milliard de dollars le site Twitch, spécialisé dans la diffusion en direct de parties de jeux vidéo. Une somme qui peut sembler exorbitante, mais que Google était également prêt à débourser. Pourquoi ?

Il ne convolera finalement pas en justes noces avec YouTube. Le site de retransmission en direct de parties de jeux vidéo Twitch va plutôt rejoindre la famille Amazon. Le géant américain de la vente en ligne l’a attiré dans son giron pour 970 millions de dollars (environ 734 millions d’euros) en liquide.

Cette acquisition, rendue publique lundi 25 août, a pris tout le monde au dépourvu. Jusqu’à présent, Twitch, fondé en 2011, semblait destiné à être racheté par YouTube. Le site de partage de vidéos de Google était même prêt, d’après les médias américains, à mettre un milliard de dollars (environ 757 millions d’euros) sur la table.

Un rapprochement entre YouTube et Twitch paraissait, en outre, des plus logiques. Les deux sites partagent, après tout, la même passion pour la vidéo. L’un permet à n’importe qui - illustre inconnu comme candidat à la célébrité - de mettre en ligne ses vidéos de vacances ou son dernier clip musical. L’autre offre à tout un chacun la possibilité de se filmer en train de jouer sur son ordinateur.

Argent frais et autonomie

Mais, finalement, Emmett Shear, PDG de Twitch, a préféré s’unir à Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Ce dernier “partage nos valeurs, nos objectifs à long terme et veut nous aider à les atteindre plus vite”, a justifié Emmett Shear dans une lettre à ses employés. Est-ce à dire que ce n’était pas le cas avec Google ?

Au sein de l’empire Amazon, Twitch conservera, en tout cas, une certaine autonomie. Ce qui n’aurait pas forcément été le cas avec Google qui a l’habitude d’intégrer ses acquisitions très étroitement avec ses propres services.

Autonomie et argent frais sont les deux principales raisons qui ont convaincu Twitch. Mais pour quelle raison Amazon a-t-il fait une telle offre ? C’est la plus importante acquisition de l’histoire du groupe. Pourtant, Twitch ne lui permettra pas d'augmenter ses ventes de livres électroniques ou de tablette Kindle Fire : ce site de niche, très populaire chez les joueurs, est largement inconnu du grand public.

La règle du jeu

La principale raison de cet achat est qu’Amazon s’est, depuis quelque temps, pris au jeu. Son récent boîtier télévision Fire TV est présenté comme une sorte de console et s’accompagne d’une manette de jeu. Jeff Bezos a également acheté, en février dernier, le studio de développement de jeux vidéo Double Helix et a créé, en 2012, au sein même d’Amazon, une division pour imaginer des jeux. Dans cette optique, Twitch lui permet de cimenter ses ambitions dans ce secteur.

Mais ce n’est pas tout. Le groupe s’intéresse depuis peu à la publicité. Il a créé Amazon Sponsored Link, un concurrent direct d'AdWord, la régie de pub de Google. Twitch, en ce sens, est un paradis pour publicitaires. Le site attire 55 millions de visiteurs par mois. D’après les données de Twitch, les internautes y regardent plus de 16 milliards de minutes de vidéos par mois. Plus une personne reste sur un site, plus elle a de chance de voir une publicité : c’est le b.a.-ba du publicitaire 2.0.
 

Première publication : 26/08/2014

  • JEUX VIDÉO

    YouTube lorgne sur le spécialiste du jeu vidéo Twitch

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Le nouveau smartphone 3D d’Amazon, arme d’achat massif

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Jeu vidéo : une plongée dans la Grande Guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)