Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 27/08/2014

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

© France 24

Presse française, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la composition du nouveau gouvernement français, qui entérine la rupture de l'exécutif avec l'aile gauche du PS.

 Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 
La presse française revient largement ce matin sur la composition du nouveau gouvernement. Cette nouvelle équipe entérine la rupture entre l’exécutif et l’aile gauche du Parti socialiste : le gouvernement Valls II, voilà "le vrai tournant" du quinquennat. Tel est l’avis du "Parisien", qui a demandé aux Français ce qu’ils pensent du limogeage de Montebourg. Pour 59 % d’entre eux, c’est une bonne chose. "Au fond, bien qu’ils puissent approuver certaines de ses idées, ce que retiennent avant tout les Français, c’est son côté fauteur de troubles". S’agissant de la capacité de Valls II à inspirer confiance, pour 8 Français sur 10, la politique économique ne sera ni plus claire, ni plus juste, ni plus efficace.
 
Pour les convaincre, Hollande mise sur une équipe de fidèles, acquis à sa vision. "L'Humanité" leur a déjà trouvé une appellation : "les 16 mercenaires de l’austérité".
 
Pour "Le Figaro", Valls II, c’est surtout "une équipe monocolore" formée du "dernier carré des Hollandais", "une équipe peau de chagrin pour lendemains chagrins".
 
D’après "Libération", ce gouvernement promeut "la jeune garde" hollandaise. À eux trois, Fleur Pelllerin, Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuel Macron ont 113 ans. Or, fait rare en politique, ces trois personnalités que l'on voit à la une du quotidien décrochent les postes-clé de la Culture, de l’Éducation nationale et de l’Économie. Ces trois jeunes ministres incarnent "la rigueur et le compromis avec les entreprises", d’après "Libé".
 
Ancien banquier chez Rothschild, ex-conseiller du président et inspirateur de ce pacte de responsabilité abhorré par la gauche du PS, Emmanuel Macron est le symbole de cette rupture. "Libération" revient sur le "cv en plaqué or" de cet énarque de 36 ans, "social-libéral décomplexé". L’homme a milité dans le passé pour un rapprochement avec le centre. Au moment de la campagne de Hollande, lorsqu’il est question de la taxe à 75 %, il lâche: "c’est Cuba, sans le soleil".
 
Emmanuel Macron, "un Mozart social-libéral à Bercy", selon "Le Parisien", qui rapporte qu’il a «"’oreille de Bruxelles" et possède de "nombreux relais dans le monde patronal". Le syndicat des patrons a d’ailleurs accueilli la nomination de ce nouveau gouvernement avec satisfaction. Manuel Valls doit prononcer aujourd’hui son premier discours post-remaniement pour le début de l’université d’été du Medef. L’occasion pour Pierre Gattaz de lui répéter ce qu’il dit dans "Les Echos" : il faut aller plus loin dans les réformes sur la fiscalité et le marché du travail.
 
Aurait-il déjà été entendu ? D’après "Libération", le gouvernement plancherait sur la possibilité d’une augmentation de la TVA pour combler le manque à gagner dans les caisses de l’État. Matignon dément. L’idée est potentiellement explosive : en mars 2012, Hollande avait dénoncé la hausse annoncée par Sarkozy, jugée "inopportune, injuste, infondée et improvisée".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus