Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

© AFP | La directrice du FMI Christine Lagarde.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/08/2014

Christine Lagarde a été mise en examen, mardi, dans le cadre de l'arbitrage controversé entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en 2008. La directrice du FMI a écarté toute démission du poste qu'elle occupe à Washington depuis trois ans.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Tapie. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a annoncé, mercredi 27 août, avoir été mise en examen la veille à Paris pour "négligence" dans l'enquête sur l'arbitrage controversé entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en 2008.

Une affaire qui a permis à l'homme d'affaires de récupérer 403 millions d'euros, dont 45 millions d'euros au titre du préjudice moral. Les juges cherchent à déterminer si cette sentence est le fruit d'un "simulacre" d'arbitrage organisé avec l'aval du pouvoir de l'époque.

Pas question de démissioner

Interrogée par l'AFP pour savoir si elle entendait démissionner du FMI, l'ancienne ministre française de l'Économie a répondu : "Non". "Je retourne travailler à Washington dès cet après-midi", a-t-elle déclaré depuis le cabinet de son avocat, Me Yves Repiquet. Depusi le début, le FMI l'a depuis toujours assurée de son soutien.

"Après trois années d'instruction, des dizaines d'heures d'audition, la commission s'est rendue à l'évidence que je n'avais été complice d'aucune infraction et a donc été réduite à alléguer que je n'aurais pas été suffisamment vigilante lors de l'arbitrage opposant la société CDR au liquidateur du groupe et des époux Tapie", a-t-elle commenté. Elle risque un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende.

Quatrième audition

Cette quatrième audition – qui a duré plus de 15 heures – a été menée, comme les précédentes, par les magistrats de la Cour de justice de la République, instance habilitée à enquêter sur les membres du gouvernement pour les faits commis dans l'exercice de leur fonction.

Jusqu'à présent placée sous le statut de témoin assisté dans ce dossier, Christine Lagarde a déjà été entendue en mai 2013, puis en janvier 2014, avant d'être confrontée en mars dernier à son ancien directeur de cabinet, Stéphane Richard, aujourd'hui patron d'Orange. Ce dernier, ainsi que quatre autres personnes, dont Bernard Tapie, a été mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" dans le volet non ministériel du dossier.

Avec AFP

Première publication : 27/08/2014

  • JUSTICE

    Arbitrage Tapie : face à face entre Lagarde et son ex-directeur de cabinet

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le fils de Bernard Tapie lance un site internet pour rétablir "la vérité"

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Lagarde à Sarkozy : "Utilise-moi pendant le temps qui te convient"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)