Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Economie

Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

© Éric Piermont, AFP | Arnaud Montebourg (gauche) et Emmanuel Macron (droite) lors de la cérémonie de passation des pouvoirs mercredi 27 août.

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 27/08/2014

Le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, est présenté comme l’anti-Montebourg. Le premier serait libéral, le second à la gauche de la gauche. Mais malgré les apparences, leurs lignes économiques ne seraient pas diamétralement opposées.

Ils sont présentés comme le yin et le yang de la politique économique du gouvernement français. L’un, le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, serait “l’hémisphère droit” du président, tandis que son prédécesseur, Arnaud Montebourg, incarnerait cette “gauche de la gauche” déçue par le virage social-libéral du pouvoir.

Cette mise en opposition est séduisante. Après tout, Emmanuel Macron n’est-il pas un ancien banquier sans mandat électif qui murmurait à l’oreille du président les vertus d’une politique de l’offre (favoriser la production plutôt que la demande) jugée d’inspiration libérale ? Arnaud Montebourg apparaissait davantage comme un politicien pur jus clamant haut et fort son désir d’une “politique économique alternative”. Ses critiques ayant précipité, lundi 25 août, son renvoi du gouvernement Valls I.

Même la séance de passation de pouvoir, mercredi 27 août à Bercy, entre les deux hommes, a renforcé l'idée médiatiquement porteuse d’une rupture au ministère de l’Économie. Arnaud Montebourg et Emmanuel Macron ont eu beau présenter un front uni, les commentateurs n'y ont vu qu'une pièce écrite pour “rassurer en jouant à fond la carte de l’apaisement”.

Mais cette image de deux hommes que tout sépare, à commencer par leurs convictions économiques, ne vient-elle pas avant tout de leur différence de style ? Car dans les faits, “la politique mise en œuvre par Emmanuel Macron ne devrait pas différer en profondeur de celle d’Arnaud Montebourg”, assure Marc Ivaldi, expert en économie industrielle à la Toulouse School of Economics.

Montebourg plus proche de Macron que des frondeurs socialistes ?

Après tout, Arnaud Montebourg a appliqué fidèlement la ligne politique décidée par François Hollande sur les conseils, notamment, d’Emmanuel Macron. “Il ne s’est pas opposé à la politique de réduction des déficits, ni à la mise en place du pacte de responsabilité”, rappelle Marc Ivaldi. Le nouveau ministre de l’Économie est souvent considéré comme l’un des principaux architecte de ce pacte, annoncé en janvier 2014 par François Hollande, et perçu par la gauche du Parti socialiste comme un cadeau pur et simple au patronat.

Les frondeurs socialistes, qui considèrent aujourd'hui Arnaud Montebourg comme l’un des leurs, feraient d’ailleurs bien d’y regarder à deux fois. “L’une des dernières propositions portées par Arnaud Montebourg a été la dérégulation de certains corps de métier, c’est-à-dire une mesure d’inspiration plutôt libérale”, souligne Marc Ivaldi. Une manière de souligner qu’avec Montebourg, il faut faire la différence entre les actes et les paroles.

Reste ce patriotisme économique revendiqué par Arnaud Montebourg qui lui a permis d’incarner politiquement le redressement productif et la “marque France”. “Il a revigoré le système français qui consiste à dire qu’il n’y a pas de solution économique sans interventionnisme de l’État”, confirme Marc Ivaldi. Cette approche est, en effet, très éloignée de la pensée libérale classique qui prône un laissez-faire. Emmanuel Macron va-t-il laisser tomber cet activisme ? Il a affirmé le contraire lors de la passation de pouvoir et Marc Ivaldi est enclin à le croire. “Il n’a jamais donné l’impression de s’opposer à l’interventionnisme de l’État. Tout au plus aura-t-il peut-être une approche plus pragmatique des dossiers”, juge-t-il.

Le seul volet sur lequel une réelle différence peut voir le jour est l’Europe. “Arnaud Montebourg a multiplié les attaques véhémentes contre la politique économique européenne et je ne pense pas qu’Emmanuel Macron, qui a plusieurs fois négocié avec la Commission européenne, adopte le même comportement”, note Marc Ivaldi.
 

Première publication : 27/08/2014

  • ALLEMAGNE

    “La démission du gouvernement est aussi une affaire franco-allemande”

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Arnaud Montebourg, grand trublion de la famille socialiste

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)