Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Les Écossais disent "non" à l’indépendance

    En savoir plus

  • Les volleyeurs français dans le dernier carré du mondial

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

Kanner au gouvernement: nordiste mais pas aubryste

AFP

Patrick Kanner, nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, est le nordiste du gouvernement le 27 août 2014 à ParisPatrick Kanner, nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, est le nordiste du gouvernement le 27 août 2014 à Paris

Patrick Kanner, nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, est le nordiste du gouvernement le 27 août 2014 à ParisPatrick Kanner, nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, est le nordiste du gouvernement le 27 août 2014 à Paris

Patrick Kanner, nouveau ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, est le nordiste du gouvernement, choisi notamment parce qu'il n'appartient pas au sérail de l'influente maire PS de Lille, Martine Aubry.

"Ce n'est pas un proche d'Aubry" bien qu'il soit souvent présenté comme tel, confie à l'AFP un bon connaisseur du parti socialiste au sujet de M. Kanner, 57 ans, président du conseil général du Nord depuis 2011 mais encore peu connu au niveau national.

Pierre de Saintignon, 1er adjoint de Martine Aubry depuis 2001, le confirme: "On s'entend bien mais ce n'est pas un proche politiquement, c'est clair. Même si certains voudraient le faire croire".

Il est présenté comme "aubryste" pour deux raisons: "L'une géographique: le Nord. Et deux: il était adjoint à Lille" jusqu'aux dernières municipales. Mais sa carrière avait commencé avec Pierre Mauroy, la grande figure du PS local, estime le connaisseur du PS.

En réalité, sa désignation au gouvernement peut même être vue comme "un acte inamical à l'égard d'Aubry dans des perspectives de Congrès", ajoute ce connaisseur du PS.

Avoir choisi Patrick Kanner "n'est pas sans lien avec le départ du gouvernement de (Frédéric) Cuvillier", qui est de la même région, le Nord/Pas-de-Calais. Le maire de Boulogne-sur-Mer "avait aussi été nommé (secrétaire d?État, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, NDLR) pour qu'il y ait un relais dans cette région" et qu'elle "ne soit pas une forteresse aubryste", selon la même source.

Avec le départ de Cuvillier, "ils ont perdu un relais dans la forteresse qui est importante en cas de Congrès" du PS, prévu en 2015. "Ils en ont créé un" avec l'arrivée de Patrick Kanner.

Avant même cette échéance, des proches de Mme Aubry ont laissé entendre que l'ancienne rivale de François Hollande à la primaire du PS pour la présidentielle pourrait bientôt sortir de sa réserve et s'exprimer sur les grands sujets qui divisent aujourd'hui le PS, - sur un ton critique, prédisent les analystes.

Pour clore le sujet, M. Kanner, à qui mercredi matin Sud Radio demandait "Est-ce que vous êtes l'homme de Martine Aubry ?", a répondu: "Je suis un homme libre, je ne suis l'homme de personne".

- "Etonnés" -

En nommant M. Kanner, l'exécutif a peut-être également souhaité mettre un terme à ses charges répétées contre la réforme territoriale.

Bien que réputé affable, il n'avait pas été tendre en juin avec André Vallini, secrétaire d?État à la Réforme territoriale, se demandant sur Twitter s'il n'était pas un "Terminator chirurgien dentiste" après avoir déclaré que les départements allaient être "dévitalisés".

Pour Yves Schaeffer, directeur de cabinet de Patrick Kanner, le nouveau ministre de la Ville a été "certainement heurté par certains aspects de la méthode" de la réforme territoriale "mais il n'a jamais campé sur des positions immuables concernant l'organisation territoriale du pays. Il a toujours dit qu'il était partisan d'évolutions. Je ne crois pas qu'il se trouve en contradiction flagrante".

Patrick Kanner s'est aussi "positionné durement contre la ligne économique", rappelle de son côté le connaisseur du PS.

Mais son appartenance au gouvernement pourrait faire sauter "toutes ses préventions", estime-t-il.

Bref, "vu son parcours, il aurait pu être seulement secrétaire d?État mais pour être sûr de l'avoir comme prise, ils lui ont proposé un ministère plein".

"On est très nombreux à être étonnés parce que Patrick Kanner faisait partie de ceux qui depuis plusieurs mois cognaient le plus sur le gouvernement. C'est une surprise mais cela ne m'a pas empêché de le féliciter", souligne Pierre de Saintignon.

Mardi soir à Lille, Patrick Kanner a assuré qu'il "ferait valoir (sa) petite musique" au gouvernement mais pas "dans une démarche contraire à la solidarité gouvernementale".

"C'est un très bon président de Conseil général, il n'y a pas de doute. C'est un élu de terrain qui a toujours beaucoup travaillé", observe Pierre de Saintignon, également 1er vice-président de la région Nord/Pas-de-Calais.

"Il peut apporter au gouvernement ce sens du terrain, des choses concrètes", renchérit son directeur de cabinet.

Première publication : 27/08/2014