Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Netanyahu: "le Hamas n'a obtenu aucune de ses demandes"

© AFP | Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Moshe Yaalon (g) le 24 août 2014à Tel Aviv, en IsraëlLe Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Moshe Yaalon (g) le 24 août 2014à Tel Aviv, en Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé mercredi que le Hamas n'avait rien obtenu de ses demandes pour signer un cessez-le-feu.

"Le Hamas a été frappé durement et n'a obtenu aucune de ses demandes pour signer le cessez-le-feu", a déclaré M. Netanyahu lors d'une conférence de presse à Jérusalem, sa première déclaration publique depuis l'entrée en vigueur du cessez-le feu mardi soir.

"Le Hamas exigeait pour signer un cessez-le-feu un port et un aéroport à Gaza, la libération de prisonniers palestiniens, une médiation qatarie puis turque, le paiement des salaires des fonctionnaires, d'autres demandes encore mais il n'a rien obtenu", a-t-il affirmé.

"Nous avons accepté d'aider à la reconstruction du territoire pour des raisons humanitaires mais uniquement sous notre contrôle", a-t-il ajouté.

Énumérant les "succès" de l'opération "Bordure protectrice" le Premier ministre israélien a déclaré que "le Hamas n'avait pas subi une telle défaite depuis sa création".

"Nous avons détruit les tunnels d'attaques, tué près de 1.000 soldats ennemis, y compris des hauts responsables du mouvement, détruit des milliers de roquettes et des centaines de positions de commandements, évité des attentats sur le sol israélien et empêché grâce au système anti-missiles Dôme de fer que des milliers d'Israéliens soient tués par les missiles tirés de Gaza", a-t-il affirmé.

Entouré du ministre de la Défense, Moshé Yaalon, et du chef d'état-major Benny Gantz, M. Netanyahu a ajouté "qu'il était encore trop tôt pour savoir si le calme était revenu à long-terme".

"Nous ne tolérerons aucun tir vers Israël et notre riposte sera encore plus forte", a-t-il martelé.

A un journaliste qui l'interrogeait sur sur le fait que le Hamas crie victoire, M. Netanyahu a suggéré de ne pas "être impressionné par leurs festivités car le Hamas sait parfaitement le prix élevé qu'il a payé".

Interrogé sur l'avenir des négociations avec les Palestiniens, le Premier ministre israélien a refusé de donner des détails mais a assuré qu'Israël "serait heureux de voir Mahmoud Abbas au pouvoir à Gaza".

La seconde chaîne de la télévision israélienne avait publié un sondage quelques minutes avant sa conférence de presse montrant un niveau d'impopularité important pour M. Netanyahu.

Selon ce sondage, seulement 32% des Israéliens pensent que le Premier ministre a eu la conduite qu'il fallait pendant cette opération, contre 59% qui jugent qu'il n'a pas été à la hauteur.

Cette enquête d'opinion a par ailleurs démontré que 54% des Israéliens sont opposés au cessez-le-feu contre 37% qui y sont favorables.