Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Culture

Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

© AFP | Netflix doit ouvrir ses services de vidéos à la demande en France le 15 septembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2014

Soucieux d'apaiser les tensions avant son arrivée en France, le géant américain de la vidéo à la demande a annoncé la création de sa première série française. Présentée comme un "House of Cards" provençal, "Marseille" sera diffusée fin 2015.

"Plus belle la vie" a-t-elle du souci à se faire ? À la fin de 2015, le "soap" français à succès diffusé sur France 3 ne sera plus la seule série ayant la Citée phocéenne pour décor. Netflix, le géant américain de la vidéo à la demande (VOD), travaille actuellement à la production de "Marseille", un feuilleton politico-judiciaire sur la guerre de succession entre le maire de la ville, depuis 25 ans, et son ancien dauphin. De quoi faire les délices des amateurs d’intrigues à la "House of Cards", la série américaine phare de la plateforme de VOD...

"Ce sera beaucoup plus shakespearien car de nombreuses histoires de famille viendront irriguer l'intrigue. Il y aura des drames, de la tragédie, quelques explosions, mais ce n'est pas un film d'action", a indiqué au Figaro Pascal Breton, patron de la société Federation Entertainment qui a décroché l’appel d’offres lancé par Netflix.

>> À lire sur France 24 : Netflix et le culte du big data

La firme américaine, qui doit ouvrir ses services en France à la mi-septembre, a, semble-t-il, été séduit par le scénario signé de l’écrivain Dan Franck : l’histoire d’une conquête électorale sur fond de guéguerre avec les syndicats, la mafia et les dirigeants du club de football local, l’Olympique de Marseille. Pour la réalisation des huit épisodes, dont le tournage débutera au printemps, Federation Entertainment a fait appel à des cinéastes chevronnés tels que Florent Emilio Siri ("Cloclo") ou Samuel Benchetrit ("J’ai toujours rêvé d’être un gangster").

"L'un des événements télévisés les plus marquants des prochaines années"

Pour Pascal Breton, "Netflix nous offre l'occasion idéale de raconter cette histoire d'un point de vue typiquement français, en y associant certains des meilleurs scénaristes et réalisateurs du pays et entièrement produit en France". Et d’ajouter : "’Marseille’ pourrait bien être l'un des événements télévisés les plus marquants des prochaines années."

Cette série "made in France", dont le budget n’a pas été révélé, sera diffusée à partir de la fin 2015 dans tous les pays où Netflix est présent, précise le producteur. Une manière pour le leader mondial de la vidéo en ligne d’apaiser les passions en France, où son arrivée suscite l’inquiétude de l’industrie audiovisuelle hexagonale et du gouvernement. Le groupe, qui lancera son service en France depuis son siège au Luxembourg, puis aux Pays-Bas, est régulièrement critiqué par les pouvoirs publics français qui l'accusent de vouloir s'abstenir de financer la création française, une obligation imposée en revanche aux chaînes de télévision hexagonales.

Netflix a commencé depuis 2012 à produire quelques séries originales, ce qui lui permet de les diffuser aussitôt, sans problème de droits. Hormis lorsqu’il a vendu les droits aux télévisions locales, comme "House of Cards", vendue en France à Canal+ en exclusivité et qu'il ne pourra donc pas proposer à ses abonnés français.

Avec AFP
 

Première publication : 28/08/2014

  • TÉLÉVISION

    Netflix et le culte du big data : la traque des habitudes du télespectateur

    En savoir plus

  • INTERNET

    Netflix annonce son arrivée en France "fin 2014"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)