Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

FRANCE

Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

© Dominique Faget, AFP | Le cabinet du Premier ministre, Manuel Valls, a affirmé que le gouvernement ne comptait pas revenir sur les 35 heures

Vidéo par FRANCE 2

Dernière modification : 28/08/2014

Matignon a affirmé, jeudi, que le gouvernement n'envisageait pas de revenir sur les 35 heures. Le nouveau ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, s'était dit prêt à autoriser des dérogations à la loi sur le temps de travail.

Manuel Valls a peut-être fait un tabac auprès des chefs d'entreprise lors de l'université d'été du Medef, il y a certains textes symboliques de la gauche que le Premier ministre n'est pas prêt à modifier. À commencer par la loi sur les 35 heures. Matignon a affirmé, jeudi 28 août, que le gouvernement n'envisageait pas de "revenir sur la durée légale du travail".

Cette mise au point intervient après la parution dans "Le Point" d'un entretien avec le nouveau ministre de l'Économie Emmanuel Macron. Il y affirme être prêt à autoriser "les entreprises et les branches à déroger" aux 35 heures en cas d'accord avec les organisations syndicales.

>> À lire sur France 24 : "Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?"

Afin de ne pas donner l'impression d'un premier couac pour le nouveau gouvernement Valls, Matignon a tenu à préciser qu'Emmanuel Macron s'était exprimé au "Point" "bien avant sa nomination" à Bercy. Comprendre : il s'agissait des déclations d'un conseiller économique du Président et non pas du ministre de l'Économie du gouvernement "de cohérence" voulue par François Hollande.

Aubry vs Medef

Matignon sait à quel point le sujet des 35 heures peut être explosif, à l'heure où la gauche du Parti socialiste est vent debout contre le virage "social-libéral" du gouvernement. La loi sur la durée du temps de travail, portée par Martine Aubry en 2000, est considérée comme l'un des grands textes du gouvernement de Lionel Jospin. Elle est aussi l'une des cibles favorites du patronat, qui la considèrent comme un frein à la compétitivité des entreprises françaises.

Laisser la porte ouverte à une éventuelle modification de ce texte aurait pu être considéré comme le gage de trop donné au Medef. Surtout au lendemain d'un discours, prononcé par Manuel Valls à l'université d'été du syndicat patronal, jugé très pro-entreprise. Le Premier ministre y avait expliqué, entre autres, qu'il était ouvert à une "action de simplification" du Code de travail. 

Avec AFP

Première publication : 28/08/2014

  • FRANCE

    Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)