Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

Afrique

Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

© Cellou Binani, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2014

Un premier cas d'Ebola a été recensé au Sénégal, a indiqué vendredi la ministre sénégalaise de la Santé. Le malade, un jeune étudiant guinéen, a été admis dans un hôpital de Dakar. Son état de santé est jugé "satisfaisant".

Un premier malade d'Ebola a été identifié au Sénégal, a annoncé vendredi 29 août la ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck. Il s’agit d’un jeune Guinéen, qui a été placé en quarantaine.

Les services de santé guinéens avaient fait état mercredi de "la disparition d'une personne infectée par le virus Ebola, qui se serait rendue au Sénégal", a précisé la ministre lors d'une conférence de presse. "La personne a été localisée à l'hôpital de Fann", à Dakar.

>> À lire sur France 24 : "Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie"

"Les résultats des tests à l'Institut Pasteur se sont révélés positifs", a-t-elle souligné, ajoutant que le patient était "dans un état satisfaisant". "Le dispositif a été renforcé pour éviter la dissémination de la maladie à partir de ce cas importé", a-t-elle également assuré. 

Un étudiant de l'université de Conakry

Il s'agit du premier cas confirmé au Sénégal, limitrophe de la Guinée, l’un des trois pays, avec le Liberia et la Sierra Leone, principalement touchés par Ebola. Selon la ministre de la Santé, ce jeune Guinéen est étudiant dans une université de Conakry et avait disparu depuis trois semaines avant que les équipes de surveillance épidémiologique guinéennes n'informent le Sénégal. "Nous sommes en train de reprendre tout l'itinéraire et de revoir toutes les personnes qui ont été en contact" avec le patient, a-t-elle indiqué.

>> À lire sur France 24 : Le retour du virus Ebola confirmé en RD Congo

Le Sénégal avait pourtant fermé le 21 août ses frontières terrestres avec la Guinée en raison de l'épidémie, plus de trois mois après les avoir rouvertes. "Cette mesure est étendue aux frontières aériennes et maritimes pour les aéronefs et navires en provenance de la République de Guinée, de la Sierra Leone et du Liberia", a indiqué le ministère sénégalais de l'Intérieur.

20 000 cas à terme en Afrique de l'Ouest

Ce premier malade détecté au Sénégal s'ajoute au 3 069 cas d’Ebola denombrés, jeudi,  par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L'épidémie est responsable de 1 552 décès, dans quatre pays d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone, Nigeria). En six jours, l’épidémie, qui continue à progresser de "manière accélérée", a touché 454 personnes supplémentaires et causé la mort de 125 malades.

L'OMS s'attend à terme à plus de 20 000 cas de fièvre Ebola, mais espère stopper sa progression d'ici à trois mois. Elle a pour cela besoin de 490 millions de dollars.

Avec AFP

Première publication : 29/08/2014

  • SANTÉ

    L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Le retour du virus Ebola confirmé en RD Congo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)