Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Ecosse: Cameron vante à Glasgow la sauvegarde du Royaume-Uni

© AFP / Par Patrice NOVOTNY, Jacqueline PIETSCH | Le Premier ministre britannique David Cameron le 28 août 2014 à GlasgowLe Premier ministre britannique David Cameron le 28 août 2014 à Glasgow

Le Premier ministre David Cameron a exhorté l'Ecosse à "préférer l'ouverture à l'étroitesse" jeudi à Glasgow où il est venu vanter le "marché unique britannique" et la sauvegarde du Royaume-Uni à trois semaines d'un référendum d'autodétermination.

Le chef de file conservateur a prononcé au cours du dîner annuel du patronat local un vibrant plaidoyer en faveur de la survie d'une union créée il y a 307 ans et qui comprend aujourd'hui l'Angleterre, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord.

"Ce sont des opportunités économiques qui ont uni nos nations en 1707. Trois cents ans plus tard, notre destin et notre richesse sont toujours étroitement liés", a-t-il déclaré, citant ensuite les quatre "grands avantages" de l'union propices au commerce : "les perspectives qu'elle offre, la stabilité, la solidarité et la taille".

Il s'agit "d'un des marchés uniques les plus anciens et les plus réussis du monde", a-t-il souligné, en faisant remarquer que "l'Ecosse a deux fois plus d'échanges commerciaux avec le reste du Royaume-Uni qu'avec l'ensemble du reste du monde".

"Préférons l'ouverture à l'étroitesse. Nos grands atouts à la grande incertitude. Et restons ensemble", a lancé le Premier ministre, qui, avant de rencontrer les patrons, a été plutôt fraîchement accueilli dans une ville où ni lui, ni son parti conservateur ne sont très populaires.

"David Cameron n'est pas le bienvenu en Ecosse car ici on ne vote pas conservateur", a résumé Samuel Cook, étudiant favorable à l'indépendance, qui manifestait devant l'hôtel hébergeant le dîner annuel du patronat.

Le 18 septembre, 4,2 millions d'électeurs résidant en Ecosse sont appelés aux urnes, pour dire s'ils veulent transformer en un pays indépendant cette région septentrionale dotée d'une certaine autonomie.

Le parti conservateur et son allié libéral-démocrate au gouvernement militent ardemment pour le "non" à l'indépendance aux côtés des travaillistes, pilier de l'opposition à Londres, mais d'accord pour maintenir l'intégrité de l'union.

Le Parti travailliste est traditionnellement plus puissant que les "tories" en Ecosse, terre ancrée à gauche, et c'est l'un des siens, l'ancien ministre des Finances Alistair Darling, qui dirige la campagne unioniste "Better together".

C'est également cet Ecossais au profil de technocrate qui a porté la contradiction au Premier ministre de la région écossaise et champion du camp de la sécession, le volubile Alex Salmond, pendant les débats télévisés.

- "Judas, ordure" -

Les enjeux économiques sont en effet au coeur des arguments : les indépendantistes certifient qu'un Etat ayant Edimbourg pour capitale serait plus proche des firmes locales et mieux à même de manier les leviers budgétaires, tandis que les unionistes dénoncent les zones d'ombre autour de la future monnaie et de l'adhésion à l'Union européenne d'une Ecosse sortie du giron britannique.

Président du CBI, le patronat écossais, Mike Rake a ainsi rappelé jeudi l'"énorme risque" que constitue, à ses yeux, une sortie de l'Ecosse du Royaume-Uni.

Les Ecossais se passionnent pour l'enjeu et la participation au vote pourrait être massive.

Un sondage publié vendredi n'accorde plus que six points d'avance aux partisans du maintien de l'union, contre une douzaine précédemment : 53% des personnes interrogées voteraient contre l'indépendance et 47% pour.

Un haut responsable travailliste à Londres, l'Ecossais Douglas Alexander, a averti qu'au lendemain du vote l'un des défis serait de "rassembler l'Ecosse" aujourd'hui divisée.

Sur la BBC Radio Scotland, M. Alexander s'est fait traiter de "putain de menteur" par un auditeur qui lui reprochait de dénier à l'Ecosse indépendante le droit d'utiliser la livre sterling. "Sur les réseaux sociaux, j'ai été traité de Judas et d'ordure", a déploré M. Alexander.

Un autre homme politique écossais actif à Londres, le ministre de l'Ecosse, Alistair Carmichael (libéral-démocrate), a averti pour sa part qu'il pourrait quitter le gouvernement britannique si la région choisissait le "oui".

Au-delà du monde politique, le débat fait rage au sein de la communauté d'affaires écossaise. Quelque 200 patrons, chefs de petites entreprises pour la plupart mais aussi gros bonnets, ont ainsi publié une pétition pour l'indépendance dans le journal The Herald.

Il s'agissait d'une réponse du berger à la bergère après la publication, mercredi, d'une lettre de 130 patrons écossais opposés à la sécession en raison de l'incertitude "nuisible aux affaires" qui en résulterait et "des liens économiques très forts au sein du Royaume-Uni (qui) assurent près d'un million d'emplois en Ecosse".

Par Patrice NOVOTNY, Jacqueline PIETSCH