Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

Seuils: Rebsamen voit des "points d'accord" entre partenaires sociaux

AFP

Le ministre du Travail François Rebsamen arrive à l'Elysée, le 27 août 2014Le ministre du Travail François Rebsamen arrive à l'Elysée, le 27 août 2014

Le ministre du Travail François Rebsamen arrive à l'Elysée, le 27 août 2014Le ministre du Travail François Rebsamen arrive à l'Elysée, le 27 août 2014

François Rebsamen, ministre du Travail, a estimé vendredi que des "points d'accord" peuvent être trouvés entre les partenaires sociaux sur la délicate question des seuils sociaux dans les entreprises, notamment à partir de 50 salariés.

"Je pense qu'il peut y avoir des points d'accord" entre les partenaires sociaux lors des négociations qui doivent s'ouvrir en septembre, a-t-il dit sur France Culture.

Le ministre a donné l'exemple du seuil de 50 salariés, qui crée une "trentaine d'obligations" en terme de représentation sociale (un comité d'entreprise, un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) et de fiscalité.

Sur le plan fiscal, passer le seuil des 50 salariés "représente une charge nouvelle pour l'entreprise", qui peut aller "jusqu'à 4% d'augmentation des charges", a rappelé M. Rebsamen.

Il a également évoqué le "formalisme dans le dialogue social et la représentation, qui pèse autant sur les organisations syndicales que sur l'entreprise elle-même". "Vous êtes ainsi tenu à X heures de réunion et si vous ne les donnez pas, vous êtes en faute", a-t-il regretté.

"Tout cela", soit les charges fiscales à partir de 50 salariés et le formalisme, "peut se rediscuter", en vue de "redonner de la souplesse", a-t-il estimé.

Afin de relancer l'emploi, François Hollande a pressé la semaine dernière les syndicats à lever les "verrous" et accepter des assouplissements en matière de seuils sociaux, qui actuellement fixent des obligations légales aux employeurs à la fois sur le plan fiscal et en matière de représentation des salariés.

Le patronat souhaite une refonte des seuils, y voyant un frein au développement de l'entreprise.

Toutefois, M. Rebsamen a dit souhaiter que ces négociations mènent à une meilleure représentation des salariés dans les entreprises de plus de 10 personnes. Il a souligné que dans ces entreprises, malgré l'obligation d'avoir un délégué du personnel, "dans 66% des cas", il n'y en a pas.

"Mon souhait, c'est qu'il y en ait plus", a dit M. Rebsamen.

Faute d'accord entre patronat et syndicats d'ici la fin de l'année, le gouvernement saisira le Parlement, a prévenu le président de la République.

Première publication : 29/08/2014