Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Syrie: les jihadistes exécutent 160 soldats, 43 Casques bleus détenus sur le Golan

© AFP | Barack Obama lors de sa conférence de presse le 28 août 2014 à la Maison Blanche à WashingtonBarack Obama lors de sa conférence de presse le 28 août 2014 à la Maison Blanche à Washington

Les jihadistes de l?Etat islamique (EI) ont exécuté plus de 160 soldats après s'être emparés d'une base clé en Syrie, selon une ONG tandis que le président Obama a indiqué qu'il ne fallait pas s'attendre à des frapppes aériennes à court terme.

Ailleurs dans le pays, 43 Casques bleus de l'ONU étaient détenus jeudi sur le plateau du Golan par des groupes armés rebelles et 81 autres sont bloqués dans deux localités de la région, a indiqué l'ONU, le Conseil de sécurité appelant à leur "libération immédiate".

Face à la montée en puissance de l'EI, engagé également dans une offensive chez le voisin irakien où il a pris de larges pans de territoire depuis le 9 juin, le président américain Barack Obama a expliqué jeudi depuis la Maison Blanche n'avoir "pas encore de stratégie" ajoutant que les Etats-Unis n'avaient pas à faire un choix en Syrie entre le régime de Bachar al-Assad et l'Etat islamique et qu'il entendait "continuer à soutenir l'opposition modérée".

Réputé pour sa cruauté, l'EI, groupe extrémiste sunnite né en 2006 en Irak sous un autre nom et réapparu avec toute sa force en 2013 en pleine guerre en Syrie, a proclamé fin juin un califat islamique sur les régions conquises dans ce pays et en Irak.

Après avoir été accusé de décapitations, persécutions et crucifixions, il est de nouveau passé à l'acte en exécutant mercredi et jeudi plus de 160 soldats syriens dans la province de Raqa (nord) qu'il contrôle, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Au moment de cette annonce, une vidéo filmée par des jihadistes et mise en ligne sur des sites jihadistes montrait des hommes, présentés comme des soldats, capturés puis exécutés dans une zone désertique. Sur les premières images, des dizaines de jeunes gens marchent sur une route désertique, en sous-vêtements, pieds nus, mains sur la tête, encadrés par des jihadistes armés dont l'un porte l'étendard de l'EI.

- Ligne interminable de cadavres -

Ensuite, après un gros plan sur plusieurs corps empilés, la caméra filme un peu plus loin une interminable ligne de dizaines de corps gisant côte à côte, face contre le sol. Une dizaine d'hommes, qui semblent être des habitants de la région, les regardent.

Selon M. Abdel Rahmane, les soldats abattus par balles ont été capturés lors de la prise de la base 17 à Raqqa fin juillet, de celle de l'aéroport militaire de Tabqa dimanche dans la même province, et lors de leur fuite de l'aéroport vers la localité d'Esraya, plus au sud.

Après leur prise dimanche de la base de Tabqa, dernier bastion aux mains du régime à Raqa, les jihadistes contrôlent toute la province.

Dans l'est de la Syrie, près de Deir Ezzor, des chasseurs bombardiers syriens ont tué "plusieurs chefs de l'EI, religieux et militaires dans un raid du régime sur une maison où ils étaient réunis", a indiqué M. Abdel Rahmane.

Selon le Washington Post, au moins quatre otages détenus à Raqqa par les jihadistes de l'Etat islamique, parmi lesquels James Foley, le journaliste américain exécuté par ce groupe, ont été soumis à la simulation de noyade. Cette technique a été utilisée par la CIA lors de ses interrogatoires de suspects après les attentats du 11-Septembre.

Les jihadistes de l'EI occupent désormais le premier plan du conflit en Syrie qui a fait plus de 190.000 morts depuis mars 2011 selon l'ONU. L'EI y combat aussi bien les rebelles que le régime et la branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front Al-Nosra.

Ce conflit avait commencé par la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le régime, poussant à la rébellion armée qui a dégénéré en guerre généralisée. Cette rébellion a été affaiblie par l'arrivée des jihadistes.

Ailleurs en Syrie, près de la localité de Qouneitra sur le plateau du Golan à la frontière avec Israël, 43 Casques bleus de l'ONU originaires de Fidji sont retenus et 81 autres appartenant au contingent philippin sont "empêchés de quitter leurs positions" dans deux localités de la région, a indiqué l'ONU.

Le Conseil de sécurité a attribué ces incidents à des groupes considérés comme "terroristes". Les Casques bleus fidjiens de la Force de l'ONU chargée de l'observation du désengagement (FNUOD) entre la Syrie et Israël, ont été capturés après des combats entre l'armée et des groupes rebelles, dont le Front Al-Nosra.

- Obama n'a pas encore de stratégie -

Dans une conférence de presse à la Maison Blanche, le président Barack Obama a indiqué "n'avoir pas encore de stratégie", alors que Washington avait laissé entendre depuis plusieurs jours de possibles frappes aériennes en Syrie contre l'EI.

Mais les Etats-Unis sont dans une position délicate dans la mesure où Washington et Damas se retrouveraient dans ce cas de figure face à un ennemi commun.

"Nous continuerons à soutenir l'opposition modérée car nous devons offrir aux gens en Syrie une alternative à Assad ou l'EI", a poursuivi M. Obama qui a jugé que le dirigeant syrien avait perdu "toute légitimité" sur la scène internationale.

L'armée américaine a mené une centaine de frappes aériennes dans le nord de l'Irak depuis le 8 août. Ces frappes ont notamment permis à l'armée rakienne et aux forces kurdes de reconquérir le barrage stratégique de Mossoul qui était aux mains des jihadistes.

Jeudi en Irak, l'armée appuyée par des miliciens chiites tentaient de desserrer l'étau autour d'Amerli, une ville chiite turcomène à 160 km au nord de Bagdad assiégée depuis plus de deux mois par l'EI et dont les habitants manquent de produits de première nécessité.