Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

USA: des victimes de l'apartheid déboutées de leurs plaintes contre Ford et IBM

AFP

Le logo du constructeur automobile américain FordLe logo du constructeur automobile américain Ford

Le logo du constructeur automobile américain FordLe logo du constructeur automobile américain Ford

Une juge new-yorkaise a décidé jeudi de ne pas donner suite aux poursuites lancées il y a 12 ans par des victimes du régime de l'apartheid en Afrique du Sud contre les entreprises Ford et IBM, accusées de complicité.

Plusieurs groupes de victimes avaient entamé en 2002 devant la justice américaine des démarches contre des entreprises soupçonnées d'avoir collaboré avec le régime sud-africain, qui avait érigé le racisme en système de gouvernement.

Il avait déjà été mis fin aux plaintes contre certaines sociétés, dont Daimler, General Motors ou RheinMetall. Mais la juge new-yorkaise Shira Scheindlin avait autorisé les plaignants à poursuivre la procédure contre Ford et IBM, accusés d'avoir aidé le régime de l'apartheid dans les années 1970 et 1980 en leur fournissant voitures ou équipements informatiques.

Dans le texte de sa décision consultée par l'AFP, la magistrate estime que "même si elles étaient jugées vraies, les +actions incriminées+ soulevées par les plaignants (...) se sont toutes déroulées à l'étranger". Aussi "elles ne touchent pas et ne concernent pas le territoire des Etats-Unis +avec suffisamment de force pour rendre caduque la présomption contre l'application extraterritoriale+" de la loi, justifie-t-elle en faisant référence à une décision de la Cour suprême dans une affaire de même nature.

Les plaignants avaient en effet débuté leur action judiciaire en vertu de la loi Alien Tort Statute (ATS), vieille de deux siècles, qui autorise les ressortissants étrangers à engager des poursuites devant les tribunaux américains pour des infractions au droit international ou à un traité signé par Washington.

Mais en avril 2013, la plus haute juridiction du pays a décidé que la justice américaine ne pouvait pas poursuivre des entreprises accusées de violations des droits de l'homme commises à l'étranger. Elle avait toutefois laissé la porte ouverte pour d'autres graves violations des principes du droit international.

Première publication : 29/08/2014