Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

© Ministère de l'Intérieur égyptien, AFP | Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/08/2014

La justice égyptienne a condamné samedi 30 août Mohamed Badie à une nouvelle peine de prison à vie. Le guide suprême des Frères musulmans est jugé responsable de violences lors de manifestations ayant fait au moins 9 morts en 2013 au Caire.

Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, et sept autres personnes de la confrérie ont été condamnés à la réclusion à perpétuité par la justice égyptienne samedi 30 août. Ils sont accusés d'avoir incité aux violences, lors de manifestations survenues en 2013 au Caire, selon des sources judiciaires égyptiennes.

Mohamed Badie avait déjà été condamné à mort, ainsi qu’à une autre peine de prison à vie dans d'autres affaires, dans le cadre de la répression menée par les autorités du Caire contre la confrérie.

Pour cette nouvelle affaire, il est jugé responsable de la mort d'au moins neuf personnes et d'avoir incité aux violences au cours desquelles 21 autres personnes ont été blessées dans des affrontements, près d'une mosquée de Gizeh en 2013.

L’actuel président égyptien, chef des forces armées de l'époque, Abdel Fattah al-Sissi, a renversé l’ex-président Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, en juillet 2013 à la suite de grandes manifestations contre son pouvoir.

Depuis l’arrivée aux commandes d’Abdel Fattah al Sissi, plusieurs milliers de membres et de partisans des Frères musulmans ont été arrêtés et placés en détention par les autorités égyptiennes, qui les accusent d'avoir choisi la voie de l'action violente, ce que réfute la confrérie.

Suite à la destitution de Mohamed Morsi, les Frères musulmans, déclarés organisation "terroriste" ont subit une violente répression de l’armée égyptienne, qui a fait des centaines de morts dans les rangs de la confrérie lors des manifestations de l’été 2013. Une repression que l’organisation internationale Human Rights Watch (HRW) a qualifié de probable "crime contre l'humanité".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/08/2014

  • ÉGYPTE

    Répression des Frères musulmans : "Un probable crime contre l’humanité"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Quand l'Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • DROITS DE L’HOMME

    Une délégation de Human Rights Watch refoulée à son arrivée au Caire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)