Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Au moins 50 blessés dans des heurts entre policiers et manifestants à Islamabad

© AFP | Des manifestants de l'opposition pakistanaise dispersés par les forces de l'ordre disperse après de violents heurs près de la résidence du Premier ministre à Islamabad le 30 août 2014Des manifestants de l'opposition pakistanaise dispersés par les forces de l'ordre disperse après de violents heurs près de la résidence du Premier ministre à Islamabad le 30 août 2014

Des heurts entre la police pakistanaise et des manifestants anti-gouvernementaux ont fait au moins cinquante blessés dans la nuit de samedi à dimanche dans le centre de la capitale Islamabad, selon des secouristes.

"Nous avons reçu plus de 50 blessés, la majorité d'entre eux ont été atteints par des balles en caoutchouc", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'Institut des sciences médicales (PIMS), Wasim Khawaja, qui avait plus tôt fait état de 20 blessés dans ces heurts.

Au moins 17 femmes et 7 policiers figurent parmi les blessés, ont précisé des sources hospitalières.

Des milliers de partisans des opposants Imran Khan, ex-joueur de cricket reconverti en homme politique nationaliste, et Tahir ul-Qadri, un chef religieux établi au Canada, campent depuis le 15 août à Islamabad pour exiger la démission du Premier ministre Nawaz Sharif.

Samedi soir les deux opposants ont poussé la contestation d'un cran en appelant leurs partisans, réunis devant le Parlement, à se rendre devant la résidence officielle du Premier ministre, située un peu plus loin sur l'avenue de la Constitution.

Les manifestants ont même déployé une grue mobile afin de déplacer les conteneurs géants qui bloquaient l'accès à la résidence de M. Sharif.

Devant l'afflux de milliers de manifestants, certains munis de bâtons, la police pakistanaise a eu recours au gaz lacrymogène et à des balles en caoutchouc pour la première fois depuis le début du mouvement de contestation.