Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

FRANCE

Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

© Anne-Diandra Louarn, France 24 | Devant une salle comble et enthousiaste, les parlementaires frondeurs du PS ont appelé à un retour à la politique promise par François Hollande en 2012.

Vidéo par Mounia Ben AÏSSA

Texte par Anne-Diandra LOUARN , , envoyée spéciale à La Rochelle

Dernière modification : 30/08/2014

Les frondeurs du PS ont frappé fort à La Rochelle, samedi, en officialisant leur collectif "Vive La Gauche" devant une salle comble et enthousiaste. Les parlementaires ont appelé à un retour aux promesses de campagne de François Hollande.

"Avec mes lunettes d'aviateur à la Sarko, je vais remporter le prix de la meilleure frondeuse !" Un brun provocatrice, Léa, jeune militante socialiste de 22 ans, quitte, aux côtés de ses amis, l'amphithéâtre de la faculté de Lettres de La Rochelle avec le sourire aux lèvres. Comme elle, plusieurs centaines de militants socialistes ont choisi d'aller soutenir, samedi 30 août, les députés de la majorité, qui s'opposent de plus en plus farouchement depuis le printemps, à la politique du gouvernement de Manuel Valls.

"Heureusement que les frondeurs sont là pour défendre les grandes idées du socialisme et sauver l'honneur", enchérit Antoine 21 ans, engagé - tradition familiale oblige - depuis sa plus tendre enfance. Il se dit aujourd'hui "soulagé" de voir que les parlementaires de la majorité réagissent. Et qu'ils réagissent avec fracas.

"Retour à la politique promise en 2012"

En officialisant le collectif "Vive La Gauche", les frondeurs entendent créer "un grand mouvement pour une renaissance du Parti socialiste", annonce le député Laurent Baumel, devant la salle en ébullition. Au même moment, le journal "Le Monde" publie le "plan d'urgence" des députés frondeurs. Un document de deux pages pour expliquer leur vision d'une politique économique de gauche "alliant un soutien ciblé aux entreprises, du pouvoir d'achat supplémentaire pour les familles et un maintien des capacités d'investissement local". En d'autres termes, "un retour à la politique promise par François Hollande en 2012 et dont on n'a jamais vu la couleur", commente un proche des frondeurs, présent à la réunion.

Ce que regrette également le député Jean-Marc Germain. "Notre projet (en 2012, NDLR) était réaliste, notre tort a été de ne pas y être fidèle", déclare-t-il à la tribune. Excédés par "ceux" - comprendre Manuel Valls - qui "nient l'existence des cadeaux aux patrons", il rappelle que "la cassure ce fut le pacte de responsabilité, ce fut le 14 janvier." Hochements de tête d'approbation dans l'audience.

>> À lire aussi sur FRANCE 24 : Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

"Nous ne sommes pas là pour rompre !"

Au lendemain du discours inaugural empli d'espoir du patron de Solférino, Jean-Christophe Cambadélis, qui appelait à une "célébration des idées et de l’amitié socialistes", le ton dénote. Mais bien qu'ils se montrent virulents dans la critique, les frondeurs - qui n'aiment que très peu ce qualificatif -, refusent de parler de divorce. "Nous ne sommes pas là pour rompre !", clame, sous des applaudissements nourris, Henri Emmanuelli, figure incontournable du PS, à l'origine du mouvement "Un Monde d'Avance".

Pas de rupture, donc, mais une réunion que "l'on doit aux militants", explique à France 24 hors-micro, le député Pouria Amirshahi, l'une des figures du mouvement des frondeurs. "Grâce à 'Vive La Gauche', beaucoup de militants sont aujourd'hui heureux de voir que les engagements et l'espoir qui fut le leur en 2012 est encore incarné à l'Assemblée nationale." Mais l'élu ne cache pas son ambition de voir le mouvement frondeur toucher l'ensemble des Français.

Première publication : 30/08/2014

  • REPORTAGE

    Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • FRANCE

    Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)